Adrian, Lara. Minuit, tome 4. Le tombeau de minuit

La Lignée est parmi nous depuis toujours : de puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis par la Soif de Sang. Rio sacrifie sa vie pour lutter contre les Renégats. Il ne laissera rien ni personne se dresser contre lui, et surtout pas cette mortelle, capable de révéler l’existence des vampires… Dylan, une jeune journaliste, fait une terrible découverte qui la plonge dans un tourbillon de violence et de mystère. Mais rien n’est plus dangereux pour elle que cet homme couvert de cicatrices surgi de l’ombre… Et si son monde de ténèbres avait un lien avec le passé qui la hante ?

Après avoir survécu de peu à une explosion, Rio se retrouve physiquement défiguré et mentalement instable et dépressif. Il aide la Confrérie lors d’une dernière mission avant de s’offrir un peu de repos dans son pays natal : l’Espagne. Mais parfois entre ce que l’on veut et ce que l’on fait, il y a un gouffre. Et c’est exactement ce à quoi Rio va se confronter. Il suffira d’une rencontre, et de la peur que beaucoup de secrets sur le monde des vampires soient dévoilés, pour que Rio change complètement ses plans.

Ce tome poursuit l’enquête sur la disparition de l’Ancien, commencé dans le précédent volet. Après qu’ils aient découvert la chambre d’hibernation, les guerriers vampires continuent à poursuivre les Renégats mais plus calmement. Toutes leurs forces vont à enquêter sur différents meurtres de vampires Gen-1 ou sur des disparitions humaines inexpliquées. Les pistes pouvant mener à l’Ancien sont observées à la loupe.

Arrivé au tome 4 de cette série, nous pourrions penser avoir fait le tour des aspects vampiriques de l’Ordre. Et bien non, plusieurs anecdotes et précisions sont apportées dans ce nouveau volet. Les femmes pouvant engendrer des vampires sont appelées des Compagnes de Sang, elles sont vénérées par toute la nation vampire car elles sont peu nombreuses et surtout parce qu’elles n’enfantent que des garçons. Pour qu’il y ait procréation, pendant l’acte sexuel le vampire et la femme doivent pratiquer un échange de sang. Malheureusement, cet accouplement avec des humaines diminue les capacités des nouvelles générations de vampires. Cette caractéristique est facilement observable grâce aux Glyphes (tatouages) qui ornent tout le corps chez les vampires les plus anciens mais qui sont moins présentes pour les plus récentes générations. On apprend également que pour tuer un vampire de première génération, il y a trois possibilités : la décapitation, l’exposition aux ultraviolets et la balle en pleine tête.

Un tome où l’action est moins présente, l’auteure prend son temps pour nous décrire l’état émotionnel catastrophique de Rio. Il est amoindrit physiquement mais le plus terrible c’est qu’il n’a plus aucune estime de lui-même. Il ne comprend pas comment il pourrait continuer à travailler pour l’Ordre, il pense qu’il n’y a plus sa place. L’arrivé de Dylan qui est complètement son opposé pourra l’aider à surmonter cette terrible épreuve. Même l’enquête des guerriers occupe que peu de place dans ce tome. On aurait bien aimé plus de présentations de l’enquête, de leurs recherches, etc. J’ai trouvais que ce tome était un peu en dessous des autres que l’action manquait énormément à la dynamique de la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *