Harris, Charlaine. La Communauté du Sud. Tome 6. La reine des vampires

Traduction : Frédérique Le Boucher
« C’est moi Sookie, je suis de retour, mais cette fois, je pars en mission dans la capitale du vice ! La reine des vampires m’a ordonné d’enquêter sur la mort de ma cousine-vampire Hadley. Et quand la reine ordonne… Bonne fille, j’obéis mais l’héritage d’Hadley attise la convoitise. Heureusement, Quinn, mon sublime tigre-garou, m’accompagne dans cette enquête sanglante.  » Sookie Stackhouse a quitté le fin fond de la Louisiane pour La Nouvelle-Orléans et utilise ses talents de télépathe pour enquêter sur la mort suspecte de sa cousine, dont la nature des relations avec la reine est encore trouble… De révélation en révélation, Sookie va rapidement regretter la vie paisible et les vampires finalement si peu terrifiants de Bon Temps.

Ce sixième tome de la série de Charlaine Harris va ainsi voir Sookie se rendre en Louisiane pour recevoir le legs de sa cousine, ancienne amante de la reine. Comme d’habitude avec cette série, le style est assez efficace pour que le lecteur se retrouve rapidement happé par l’intrigue et les personnages. Sans être non plus de la grande littérature, la Communauté du sud est à n’en pas douter un exemple de bonne Bitlit, qui se lit bien et marie avec un certain brio romance et fantastique.

Différentes créatures fantastiques vont être représentée au fil de cet opus : panthères-garous, changelins, tigres-garous, loups-garous, vampires, fées, sorcières… le bestiaire de l’auteur s’étoffe au fil des opus, de même que les structures sociales qui semblent s’être établies entre toutes ces créatures, auto-proclamées CESS (créatures surnaturelles). C’est donc toujours aussi bien fichu et addictif, sans être non plus écrit avec une plume inoubliable. A mon sens, c’est ainsi plus la dynamique des actions qui rend le récit aussi immersif que le style de l’auteur. Charlaine Harris n’a en effet pas son pareil pour plonger ses personnages dans des intrigues assez riches, ou les rebondissements sont de mises.

Cet opus va ainsi permettre à Sookie d’en savoir un peu plus sur sa cousine (dont on entend parler depuis un moment dans la série mais dont on sait au final peu de choses), ainsi que jeter les bases d’une explication des origines du don de télépathie de notre blonde héroïne. Sookie quant à elle voit sont personnage de nunuche s’estomper au fil des tomes, devenant plus mature et n’hésitant pas à prendre des décisions radicales, même en ce qui concerne ses relations amoureuses. Il y a certes encore de la romance, et des scènes pas piquées des hannetons, mais elles s’intègrent plutôt bien dans l’ensemble et font malgré tout parti du charme de la série.

L’univers vampirique de la série étant maintenant bien établie, on ne découvre que quelques petites choses sur le mythe des vampires dans ce sixième opus. Notamment que les rois et reines qui se partagent le territoire des Etats-Unis peuvent se marier de manière à étendre leur pouvoir, doublant ainsi leur territoire. Ces mariages ne se font cependant pas sans risque, car les contrats denses qui en résultent mettent une épée de Damoclès assez lourde au-dessus de la tête des époux. On assiste également dans cet opus à la transformation d’un vampire, qui était plongé depuis plusieurs semaines dans une sorte de stase magique, à l’insu de tous.

Un sixième opus qui voit donc la série poursuivre sa lancée, toujours aussi prenante sans pour autant révolutionner la littérature de genre. Un bon moment de détente avant tout, dans un univers vers qui a tendance à s’affirmer avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *