Harris, Charlaine. La Communauté du Sud. Tome 5. La morsure de la panthère

Traduction : Frédérique Le Boucher
Moi, Sookie, 26 ans, je suis serveuse chez Merlotte, télépathe et toujours célibataire. Je suis tombée amoureuse d’un vampire, j’ai déjà fraternisé avec des lycanthropes, combattu des ménades et autres créatures surnaturelles… Et voilà que mon propre frère Jason est devenu panthère-garou ! Pas de chance, d’autant que quelqu’un à Bon Temps s’amuse à faire des cartons sur les mutants. Et qui soupçonne-t-on ? Jason, bien sûr. J’ai jusqu’à la prochaine lune pour trouver le vrai coupable, en dépit de ceux qui semblent résolus à me mettre des bâtons dans les roues, peut-être même à m’éliminer carrément! Si seulement j’avais un chevalier servant pour veiller sur moi…

Comme ces 4 prédécesseurs, ce 5e opus se lit véritablement d’une traite. Non que le style de l’auteur n’y soit vraiment pour quelque chose, celle-ci écrivant de manière correcte mais pas franchement très originale, et le scénario fourmille de nombreuses incohérences. Mais force est d’avouer que Charlaine Harris maîtrise vraiment bien sa galerie de personnage, ne manque pas d’idée pour faire avancer la série, et sait s’y prendre pour capter l’attention du lecteur d’un bout à l’autre.

Tout n’est cependant pas parfait, l’histoire recèle quelques incohérences, les personnages ont régulièrement ce côté archétypique qui les suit depuis le début (même si Sookie commence à évoluer et à sortir de la blonditude dans laquelle elle est semble t’il plongée depuis les premiers tomes).

Les vampires ne sont pas les créatures fantastiques les plus présentes dans cet opus, mais quelques éléments mettent en scène certaines de leurs caractéristiques. Comme souvent dans la série, Sookie joue beaucoup avec le besoin des vampires d’être invité dans un lieu avant de pouvoir y entrer (ce qui lui sauvera notamment la vie lors d’une confrontation). L’utilisation de l’argent comme arme contre les vampires est également à l’honneur. De même, on apprends ici que certains vampires très anciens ne sont pas obligés d’attendre la nuit pour s’éveiller et se mouvoir, ce qui les rend d’autant plus dangereux. L’un des personnages vampires va également permettre à l’auteur de montrer que tous les vampires n’acceptent pas de changer leurs habitudes ancestrales. En effet, certains considèrent les êtres humains comme du bétail, et ne sont pas près de changer leur avis sur la question (ni leur comportement à l’égard de leurs proies). La dernière discussion du livre entre Sookie et Eric laisse par ailleurs entrevoir un 6e opus centré autour de la société vampirique.

Un cinquième opus qui se laisse encore lire agréablement, et poursuit la série d’une facture équivalente à celle des 4 précédents. Charlaine Harris confirme donc une fois de plus ses qualités de conteuse, malgrés quelques défaut qu’on finit par oublier au fil de la lecture. Sans être non plus indispensable, La communauté du sud est une série qui donne une vision intéressante du mythe du vampire, et réserve de bons moments de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *