Ward,J.R. La Confrérie de la Dague Noire, tome 9. L’amant déchaîné

Souffhrance est la sœur jumelle de Viszs. Une nouvelle fracassante qu’il devra apprendre à accepter et ce ne sera pas chose facile. Quand elle arrive au domaine de la Confrérie , complètement paralysé au niveau des jambes, tous se rendent compte de la ressemblance. Jane, le docteur de la Confrérie, face à ces graves blessures à la moelle épinière se trouve démunie. Elle aimerait tant avoir le matériel de son ancien hôpital ainsi que les connaissances de Manny, son ancien collègue et ami. Et c’est ce qu’elle va avoir, Manny arrive donc au complexe pour soigner Souffrhance. Et là, alors qu’il lui montre que la vie en fauteuil peut être belle, il se rend compte qu’une relation plus forte, qu’un patient peu avoir avec son médecin, se crée entre eux. Mais cet amour humain/vampire est impossible. Le roi n’y est pas favorable et encore moins Viszs qui ne veut que le meilleur pour sa sœur.

L’histoire entre Manny et Souffrhance même si elle est la plus développée dans ce tome n’est pas la seule suivie. On n’y suit également d’autres personnages : le couple Viszs/Jane ainsi que Vhif et Blay. Avec l’arrivée de Souffrhance et surtout sa paralysie, les  angoisses de Viszs ressurgissent. Les violences qu’il a enduré lors de son enfance le font toujours terriblement souffrir. Jane est dévastée également et ne comprends pas ce qui le pousse à cela. Ce couple est le premier à devoir passer par un passage sombre ou la notion de séparation est mise en avant.

L’autre histoire parallèle concerne la relation entre Vhif et Blay. Maintenant que Blay est en couple avec Saxton (le cousin de Vhif), Vhif se retrouve à ruminer dans son coin ses déceptions amoureuses. Ils ne supportent pas cette relation. Il aimerait prendre la place de Saxton mais n’arrive pas à surmonter ses croyances. Croyances que ses parents lui on inculquer pendant de nombreuses années. Ce n’est pas dans ce tome que les relations évolues ou que J.R. Ward nous écrit, enfin, une scène hot homosexuel.

Quelques petites nouveautés dans ce neuvième tome, l’arrivée de 6 vampires menés par Xcor, fils du Saigneur… accessoirement également le père de Viszs et Souffhrance ! Xcor est toujours à la recherche de la femelle qui a tué son père, il y a des siècles. Ils quittent donc le vieux continent pour arriver aux Etats-Unis. Pour eux, ce nouveau départ est une bénédiction : des éradiqueurs à tuer et également de grands projets pour leur meneur.

L’histoire principale est très ressemblante à celle que l’on avait eu avec Butch. Les rôles sont inversés, lui est humain et elle est vampire. Les similitudes sont nombreuses avec l’Amant révélé. Du coup, la sauce ne prend pas complètement. Ce manque de nouveauté, cette impression de déjà vue ne nous permet pas de rentrer dans cette histoire. Les personnages sont comme d’habitudes bien présentés. Souffrhance en tant que fille d’une déesse a des capacités et des pouvoirs qu’elle pourra partager avec son amant… Manny lui est décrit comme un solitaire qui se passionne pour la course hippique. D’ailleurs son cheval subi, lors d’une course, une mauvaise chute. Il se retrouve donc en clinique avec une jambe paralysée et des suites d’opérations qui ne sont pas bonnes. Là encore, le rapprochement que l’on peut faire entre la blessure de Souffhrance et ce cheval est trop facile.

Ce petit manque d’accroche avec ce couple est compensé par les relations tendues entre Viszs et Jane. Les scènes avec Viszs sont prenantes et très tendues. Les sensations de peur et d’angoisses sont très bien retranscrites.

 Cette série de romance paranormale, même si elle arrive à son 9 tome, amène de nouveaux éléments dans l’intrigue qui attise la lecture. Les valeurs défendues par la Confrérie ainsi que leur lutte pour la survie de leur espèce apporte une base riche et intéressante pour les lecteurs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *