Ward, J.R. La confrérie de la dague noire, tome 8, L’amant réincarné

John Matthew a vécu parmi les humains, sans jamais suspecter sa nature de vampire jusqu’à ce que la Confrérie le trouve. Même alors, son passé et sa véritable identité sont restés pour tous un mystère. Mais sa vendetta personnelle à l’encontre de Flhéautraîner au coeur de la guerre sans merci qui oppose les éradiqueurs aux vampires. Il devra alors découvrir qui il est vraiment afin de vaincre son ennemi et de venger Xhex le seul amour de sa vie.

Un huitième tome qui se consacre sur la relation entre Xhex et John. Ces deux là ont beaucoup de choses en communs mais ils font tout pour se déchirer. L’un comme l’autre, ils ont du mal à se confier et à montrer leur faiblesse. L’on connait John depuis longtemps, nous l’avons vue tout chétif, seul et mal dans sa peau alors qu’il était Prétrans (avant sa transition en vampire). C’est un personnage très récurant dans la série. Quant à Xhex, nous la connaissons depuis que quelques tomes comme vigile. Cette femme, à l’aspect très froid et dur, était un mystère pour nous.

Parallèlement à cette histoire, on suit 5 autres récits parallèles :

  • Flhéau, le grand éradiqueur, fils de l’Oméga. Nous voyons par ces yeux, la nouvelle restructuration de la société des éradiqueurs. Ce moitié éradiqueur, moitié vampire apprendra au fil des pages à maîtriser sa nouvelle nature.
  • Un petit groupe de journalistes télé enquêtant sur un manoir hanté.
  • Nous partons dans le passé en suivant l’enquête de Audasz et Thorment sur la disparition d’une jeune fille vampire.
  • Nous suivons également l’élue Souffrhance qui, depuis le tome 7, rencontre régulièrement Kholer pour se battre.
  • Et j’allais oublier Blay et Vhif. Les deux grands amis de John. Depuis que Blay a avoué avoir une attirance physique pour Vhif, leur relation est des plus tendue. Vhif ne peut l’accepter et fait tout pour montrer à Blay que lui ce qu’il préfère se sont les femmes. Mais quand Blay rencontre un autre homme, Vhif se rendra compte de beaucoup de choses… malheureusement trop tard.

Concernant les spécificités vampiriques de cette série, l’auteur insiste dans ce tome sur l’importance qu’on les femmes dans cette société. Cette force, leur pouvoir de régénration sont acquis graçe au sang des femelles.

J’ai beaucoup aimé ce tome. L’auteur maîtrise tout aussi bien les scènes de sexe que les scènes de combat. Les descriptions sont justes, jamais dans l’excès, et sans confusion. Toute l’intrigue se diffuse lentement ponctuée par l’intervention d’autres figures apportant ou pas leur part d’informations.

La multiplication des histoires ne nuit en rien à l’intrigue. Au contraire, cela donne des cassures dans la narration qui apporte soit du souffle à un moment sous tension soit des informations complémentaires qui nourrissent l’intrigue. L’auteure gère avec brio la thématique de l’homosexualité dans ce tome. L’amour ici est asexué. On ne parle que d’êtres pouvant éprouver des sentiments partagés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *