Arthur, Keri. Riley Jenson, tome 1. Pleine Lune

Entrez dans un monde fantastique d’intrigues et de sensualité…

Riley Jenson est une créature rare : un hybride de vampire et de loup-garou. Avec son frère Rhoan, elle travaille à Melbourne pour une organisation chargée de faire respecter la loi parmi les êtres surnaturels et de protéger les humains. Si Rhoan est un gardien enthousiaste – autrement dit un assassin -, sa sœur, elle, se contente d’un poste administratif… jusqu’à ce que Rhoan disparaisse lors d’une mission.

Ça ne pouvait pas tomber plus mal : plus loup-garou que vampire, Riley est extrêmement lunatique et, la semaine avant la pleine lune, sont besoin de s’accoupler devient irrépressible. Certes, elle a deux partenaires toujours prêts à la satisfaire, mais elle va devoir maîtriser ses pulsions si elle veut retrouver son frère !

Riley travaille pour le Directoire avec son frère jumeau Rhoan. Cette agence peut être définie comme l’équivalent de la police pour les non-humains. Riley pensant être tranquille à son poste de subalterne, se voit obligée de partir à la recherche de son frère. Elle est confrontée, pendant ses recherches, à des tentatives de clonages et de manipulations génétiques visant à fabriquer des êtres performants, invincibles. Pour ses capacités à se défendre, son patron aimerait l’enrôler comme Gardien (des vampires en grande partie) comme Rhoan. L’histoire se déroule pendant la semaine qui précède la pleine lune. Pendant cette période, les loups-garous ont des besoins sexuels irrésistibles les poussant à s’accoupler frénétiquement. La monogamie n’a alors pas grand sens sauf lorsque ces derniers trouvent leur âme-sœur (un partenaire pour la vie).

Riley est désigné par l’auteur comme un dhampire. Elle est née de l’accouplement d’un vampire (fraîchement transformé) et d’un loup-garou.

Petit aparté : Selon la légende, le terme de dhampire (ou aussi vampiritch) désigne un être né des relations entre un mortel et un vampire. De part, cette filiation avec les vampires, le dhampire possède certains pouvoirs particuliers :

  • La capacité de sentir la présence des vampires ;
  • Une force et une agilité hors du commun ;
  • Une certaine résistance aux pouvoirs vampiriques tels que l’hypnose.

Nous retrouvons ces caractéristiques dans le personnage de Riley. En plus de ces dons, elle (ainsi que les vampires) possède également la capacité de voir dans la nuit grâce à une vision infra-rouge. Elle bénéficie de capacités psychiques lui permettant de débusquer facilement les vampires (à l’instar de Blade, Bloodrayne, etc.) et autres créatures non-humaines. C’est pour cela que le Directoire aimerait que Riley intègre un poste de Gardien. Riley et Rhoan souffrent de leur particularité. Ils ont été bannis de leur meute en Irlande où leur condition de bâtard était intenable et ont émigré en Australie. Concernant les vampires, l’auteur nous présente leurs aspects par le biais de Quinn, vampire qui aidera l’équipe de Riley dans son enquête. Il dispose de beaucoup de caractéristiques des vampires comme on a l’habitude de rencontrer avec quelques petites particularité en plus, comme pouvoir sortir à la lumière du jour pour les plus âgés, se rendre invisible dans l’ombre… Ici, le vampirisme n’a pas le côté idyllique qu’on lui connait souvent dans la Bit-Lit, il est sombre et impitoyable.

Riley Jenson est une héroïne que l’on peut comparer à Anita Blake par son franc parlé. Elle fait partie des femmes capables de se défendre seule. Grâce à son métissage, elle est dotée de la force et de l’agilité des vampires et de la hargne des loups-garous.

L’histoire est bien menée et l’action est très soutenue. Ce premier roman ouvre énormément de pistes de recherches et d’actions mais en referme peu. L’intrigue principale n’est pas complètement élucidée à la fin du roman et sera donc le fil conducteur dans la suite de la série. D’ailleurs beaucoup d’informations ne nous sont pas présentées. Le sexe est très très présent, raconté de manière directe et sans chichi. Ces scènes desservent l’intrigue par leur fréquence et leur vulgarité déplacée et complètement inutile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *