Haines, Jess. Waynest, tome 4. Vengée

Nous retrouvons Waynest juste après sa fugue du refuge de vampires de Alec Royce. Elle n’emporte rien avec elle à part sa ceinture. Elle ne supporte plus ni les vampires ni les loups-garous. Ils lui ont fait subir trop de douleurs et de souffrances. De plus, Jess est toujours dans l’attente de savoir si elle va virer poilue à la prochaine pleine lune.

 Elle se laisse emporter par sa rancune et ses envies de vengeance. Il faut que ceux qui l’ont fait souffrir meurent. Et pour cela, Shiarra remet sa veste de detective afin de les retrouver et de les pourchasser. Le mieux serait de les retrouver avant la pleine lune. Waynest est plus forte et plus déterminée que jamais pour arriver à ses fins. Et même si cela doit passer par sa propre mort, peu importe, de toute manière, tous les symtômes qu’elle manifeste lui font penser qu’elle sera bientôt une louve-garou.

Les vampires sont moins présents dans ce tome. On nous confirme juste leur possibilité de contrôler une personne qui aurait bénéficié d’un échange de sang avec un vampire. Vengée est un tome qui nous permet d’en connaître plus sur les White Hats et également sur la ceinture et l’être qui y est emprisonné. Nous avons le droit d’assister à de longues discussion avec elle.  Ce qui est également absent de ce tome, c’est l’intrigue, qui est mise de côté. La vengeance de Waynest est omniprésente, ainsi que ses doutes et ses reflextions sur les êtres dont elle doit se venger. La résolution de la traque est malheureusement trop facile et rapide. Vu que c’est le sujet principal de ce roman, on en attendait plus.

Des éléments nous sont présentés mais pas du tout expliqués et très peu développés. Ce volume est plus sombre que les autres et est un bon reflet de l’humeur de Shiarra. Une lecture riche en questionnements mais pauvre en réponses.  Un tome un cran en dessous des autres car beaucoup de personnages nous manquent et l’équipe des White Hats n’est pas des plus passionnante. Même si à la longue, on se lasse un peu de la quête de Shiarra, l’auteur nous donne une fin juteuse qui relance la série.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *