Hirano, Kohta. Hellsing. Tome 8

Le combat fait rage entre le Letzt Batallion et la fondation Hellsing. Les choses sérieuses débutent enfin avec l’arrivée d’Alucard et la fureur vengeresse de Victoria. Soudain, au coeur de l’ouragan nazi qui ravage Londres, deux adversaires que tout oppose vont bientôt se retrouver pour mettre un point final à un affrontement qui n’a que trop duré…

Un huitième tome qui enfin Alucard rejoindre le champ de bataille et révéler toute l’étendue de son pouvoir. Avide de vengeance, Integra Hellsing va en effet lui demander ni plus ni moins l’extermination de toutes les troupes ennemies en présence, que ce soit les soldats du Vatican ou les membres du Dernier Bataillon nazi. Hormis une grosse révélation (mais qu’on sentait pointer le bout de son nez depuis le début de la série), et de très intéressants flashback sur le passé humain d’Alucard, ce tome est essentiellement consacré au combat que vont se livre Alucard et le père Anderson, combat qui va voir les deux hérauts de leur camp montrer tout leur potentiel. Beaucoup d’action donc, de combat et de pouvoirs fantastiques en action dans ce nouveau volet.

Le dessin de Kohta Hirano pour ce huitième opus est dans la suite logique de son travail pour les précédents volets. Le trait est fin et ultra-dynamique, donnant un sesn du mouvement et de la démesure pour le moins efficace au coeur des combats.

La grosse révélation vampirique de ce huitième opus est le lien entre Alucard et le mythique comte de Transylvanie. L’auteur va en effet revenir sur le passé du vampire, et relater à la fois sa capture par l’un des ancêtre d’Integra Hellsing, puis revenir à l’époque où Alucard était enfant, prisonnier à la cour du sultan. Pour le reste, les vampires de Hellsing obéissent aux caractéristiques classiques, hormis une faiblesse à l’argent (qui est un élément utilisé habituellement pour les loup-garou mais que certains auteurs vampiriques ont repris à leur manière).

Un huitième volume mené tambour battant qui se lit assez rapidement, le lecteur se retrouvant très vite porté par les scènes d’actions dantesque. Vivement la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *