Hirano, Kohta. Hellsing. Tome 10

L’ultime combat entre Alucard et Walter touche à sa fin. Le Führer voit son plan aboutir enfin et la disparition du vampire millénaire semble inéluctable. De son côté, Victoria doit vaincre un loup-garou surpuissant pour retrouver et soutenir sa maîtresse, Integra Von Hellsing ! D’une manière ou d’une autre, cette guerre qui puise ses origines 60 ans auparavant s’achèvera avec la nuit et le soleil se lèvera sur un génocide inégalé…

Après 9 tomes d’un suspense souvent haletant, voilà que s’achève la série Hellsing avec ce dixième opus. Et force est d’avouer que cette fin ne me semble pas vraiment à la hauteur de la série, ni du personnage. Avoir tenu le lecteur en haleine dans des combats de plus en plus dantesque pour en finir là ? Je n’ai pas retrouvé ici la folie d’Alucard, son côté roublard et sûr de lui, et même Integra Hellsing et Victoria Celes me paraissent ici bien fades.

Certes la boucle est bouclée, les différentes questions qu’on pouvait se poser (notamment sur les objectifs réels du colonels, sur ses origines, etc.) sont résolues, mais le final est bien moins étincelant que ce a quoi on aurait pu s’attendre. Tout comme sa contrepartie anime (du moins l’ancienne, n’ayant pas encore vu jusqu’au bout Hellsing Ultimate), Hellsing s’achève donc de manière peu accrocheuse. Il y a bien sûr des surprises jusqu’à la dernière page, mais cette fin est à mon sens bien trop quelconque pour la série.

Le dessin s’est affiné au fil des albums, le dessinateur a donc trouvé son style et affermit celui-ci depuis de nombreux tomes. Le trait est fin et très dynamique, donnant l’occasion au maître d’œuvre de faire éclater à nouveau au grand jour les pouvoirs d’Alucard comme la démesure des armes de Victoria Celes. On voit également Alucard avec d’autres visages que celui qu’on lui connaît depuis le début de la série, notamment avec le visage d’une jeune fille.

Au final ce dernier opus a un peu frustré le lecteur acharné de la série que j’étais jusqu’alors. J’ai découvert en partie l’animation japonaise via la première série anime, aussi m’étais-je lancé dès sa sortie dans la lecture de la version papier. Et jusque-là, même si la surenchère d’action ne donnait pas toujours lieu à beaucoup d’avancée au niveau du scénario, je restais accroché à l’histoire. Mais ce tome conclusif ne remplit pas selon moi les promesses de la série. Vraiment très dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *