Toume, Kei. Les lamentations de l’agneau, tome 6

Ça s’agite dans ce tome 6 avec l’arrivée de l’ancienne infirmière qui assistait le père de Chizuna et Kazuna. Amoureuse de lui (sentiment non partagé), elle souhaite en savoir plus sur son suicide. Éconduite dans un premier temps par les adolescents, elle finit par rencontrer les parents adoptifs de Kazuna, dans l’esprit desquels elle sème le doute et la crainte d’un drame. De son côté Chizuna essaie de cacher à son frère ses crises de plus en plus fréquentes, et le fait qu’elle ait repris son traitement.

L’ancienne infirmière continue ses recherches, et découvre que la pathologie à laquelle s’intéressait le Docteur Takashiro serait presque similaire à du vampirisme, même si les malades ne sautent pas sur les gens pour les vider de leur sang, mais ont simplement besoin de son goût. Parallèlement, Yaegashi essaie d’oublier Kazuna, mais n’y parvient pas, aiguillonnée par les questions insistantes d’un autre camarade de classe. Mais à la rentrée après les vacances d’été, Chizuna parvient à convaincre son frère de retourner au lycée, comme elle. Contre toute attente, ils arrivent à reprendre une vie de lycéens normaux, même si la jeune fille a des rêves troublants mettant sa mère en scène et provoquant des crises. Elle pense ne plus en avoir pour longtemps.

Cet avant-dernier tome est un peu plus intéressant que le précédent, même si on n’en apprend pas beaucoup sur la pathologie dont souffrent les deux jeunes héros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *