Toume, Kei. Les lamentations de l'agneau, tome 1

La famille Takashiro cache un terrible secret. En passant à l’age adulte, certains de ses membres éprouvent un besoin irrépressible de boire du sang humain ! Séparé de sa soeur Chizuna depuis longtemps, Kazuna Takashiro, maintenant adolescent, est très mal à l’aise à chaque fois qu’il voit des objets de couleur rouge. Alors qu’il cherche à comprendre l’origine de ses malaises, Kazuna retrouve brusquement sa soeur…

L’origine du vampirisme de la famille est médicale. Ils ont une maladie génétique qui les oblige à se faire transfuser régulièrement à l’âge adulte. Mais ils ont vite compris que le meilleur moyen de le faire est de s’abreuver régulièrement à la source… Un point de départ pas inintéressant, mais relativement mal développé. En effet, quid des différents groupes sanguins ? Il serait étonnant que les Takashiro soient receveurs (et donneurs) universels… L’auteur a toutefois essayé d’aborder le sujet de façon sensible, presque intimiste. Ici pas de vampires théâtraux, juste des personnages qui semblent ne pas être à leur place et essaient de réfréner leurs pulsions. D’autant plus que le héros, Kazuna, entretient une relation ambigüe avec une de ses camarades, un amour platonique et un peu étrange.

Les personnages, humains comme vampires, arborent tous un air maladif et des coiffures hirsutes, un peu comme s’ils en avaient marre de la vie ou qu’ils prenaient le métro parisien sans s’être lavés. Un petit problème de style, donc, même si l’ensemble se lit sans problème.

Sur le plan vampirique, Rien dans l’allure ne différencie les vampires des humains, si ce n’est leur teint pâle et leur capacité à peu dormir. Ils ont donc besoin de sang, mais seulement à l’âge adulte, et le passage à cet état provoque nausées et malaises, qui peuvent être atténués (mais non guéris) par un produit liquide, mystérieux, qu’un jeune homme administre régulièrement à Chizuna, exactement comme un dealer de drogue.

Un début pas inintéressant, mais sujet à beaucoup de questionnements…

Une réponse à Toume, Kei. Les lamentations de l'agneau, tome 1

  1. juju et son chat dit :

    J’avais vu l’anime, qui sort vraiment des sentiers battus… avec une vision du vampirisme épurée de tout mysticisme avec des personages torturés et cependant attachants… J’ai donc hâte d’essayer le manga.
    Sinon, il existe bien une version live – à déconseiller fortement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *