Kari, Erika. Vampire Doll, tome 4

Le livre est encore divisé en plusieurs parties et l’on se rend compte que plus on avance dans l’histoire, plus Guilnazan, le vampire intraitable, commence à s’humaniser. Est-ce une ruse ou un changement radical qui s’annonce ? Seul l’avenir pourra nous le dire…

La première reprend donc directement où le troisième tome nous avait laissés : Guilnazan avait fait la connaissance de Beyonce, une douce et belle jeune fille au destin brisé. Il attendra jusqu’au dénouement final pour partir tout en laissant peut-être un morceau de son cœur…

Ensuite nous avons droit à une histoire loufoque, Guilnazan et Vincent ont été clonés, un terrible duel à quatre mains va s’engager pour savoir lesquels méritent de continuer le manga… Une des deux plus intéressante de ce volume assurément, Guilnazan et Vincent se réveillent en ayant repris leur forme initiale. Pourquoi ? Sans trop chercher à savoir, ils vont faire leurs courses comma à l’habitude et notre vampire sera amené à faire une bonne action…

Puis la deuxième assez instructive, où toutes les poupées passent en révision, et qui nous montrent pas mal de détails sur leur matière et la meilleure façon de les entretenir… Ensuite une série d’autres assez courtes, où une parodie de la petite sirène assez bien faite, les relations conflictuelles des frères, la passion des gâteaux de Guilazan, toujours abordées avec beaucoup d’humour et qui mine de rien nous en apprennent un peu plus sur les personnages

La seule chose significative relative au vampire dans ce tome, c’est que Guilnazan semble complètement avoir délaissé son côté obscur et semble s’être parfaitement intégré au monde des humains. Et apparemment sa transformation en poupée est intimement liée à la santé de son créateur…

La couverture est toujours aussi somptueuse avec Dante et Maria étroitement liés dans leur relation, avec un fond tapissé de chauve-souris pour rappeler le côté vampirique de l’histoire.

Histoires sérieuses et humour se mêlent toujours étroitement, et toujours en forme de bonus « les petites histoires » qui deviennent récurrentes à chaque tome. Côté graphisme, les tenues sont toujours aussi attrayantes et somptueuses pour les filles et un souci du détail toujours parfait !

L’histoire avance toujours à petit pas et j’espère que le côté déjanté et humoristique ne nuira pas au récit car l’intrigue reste malgré tout originale mais on a un peu de mal à voir vers quelle conclusion s’achemine le manga…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *