Young, Lee So. Model, tome 7

Et voici le dernier tome ! Pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, je vais faire assez court : tous les mystères et les questions sont résolus pour le meilleur ou pour le pire… Ken sait enfin qui il est, il est libéré de ses vieux démons, Eva et Adrien concluent magnifiquement leur histoire éternelle et Muriel et Jiyae ? Eh bien vous le saurez en lisant la conclusion de Model !

Durant ces sept tomes, l’auteure m’a fait partager l’histoire des personnages principaux avec beaucoup d’émotion, de non dit, de mystère. Elle a su terminer ce septième tome par une note subtile pour tous les protagonistes et donner un maximum d’émotion dans ce final. J’ai encore failli pleurer en relisant l’histoire complète….

Le rôle du vampire dans cette série a été bien sûr prépondérant même si par moment il s’effaçait pour donner la première place aux autres personnages. Dans sa représentation de la créature de la nuit, Lee So Young a su insuffler les caractéristiques principales : buveur de sang, force, cruauté, cynisme mais grâce à l’amour, le vampire s’est radouci au fur et à mesure des tomes, sans toutefois se départir de sa carapace protectrice. Jusqu’au bout, il luttera pour ne plus ressentir ce qui avait été son lot autrefois, lorsqu’il était humain. L’aura de fascination, de beauté et de mystère qui font la séduction du vampire ont bien été représentés, malgré tout ce qu’elle a traversé, j’envie un peu Jiyae…

Conclusion : une superbe série par une auteure coréenne malheureusement méconnue en France. Certes, le graphisme au départ peut troubler les amateurs de mangas japonais, mais une fois plongé dans l’histoire, ils s’intègrent parfaitement dans la trame. Le manga coréen est très peu connu en France, j’espère vous avoir donné envie d’en savoir un peu plus.

Une réponse à Young, Lee So. Model, tome 7

  1. nenphees dit :

    C’est une série que j’ai particulièrement appréciée, lue et relue: j’ai eu plaisir à comprendre petit à petit la complexité littéraire et graphique. En effet l’un et l’autre sont particulièrement bien complémentaire mais on constate qu’ils ont chacun un langage propre ce qui ajoute aux mystère. Le graphisme peut rebuter mais lorsqu’on l’apprivoise il devient très esthétique et beau. Je ne regrette pas d’avoir courue sur la toile du net pour trouver les tomes. Merci pour cette critique très proche de ce que je ressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *