Corbeyran, Eric – Guerineau, Richard. Le chant des stryges. Tome 7 : Rencontres

L’Ombre est contactée par Crandl, le sinistre patron de l’organisme pour lequel elle travaille. Il lui révèle la véritable fonction de son organisation tout en lui confiant une nouvelle mission. Crandl soupçonne Sandor G. Weltman d’être l’homme qui se cache derrière l’assassinat de ses six plus proches collaborateurs. Il désigne Weltman comme l’individu le plus dangereux du globe et veut le mettre hors d’état de nuire, coûte que coûte.

Ce tome inaugure donc le second cycle du chant des Stryges, en reprenant l’histoire 7 années après les évènements du tome 6. 7 ans durant lesquels il ne semble finalement pas s’être passé grand chose pour Nivek et l’Ombre. Et malgré les promesses du résumé, ce n’est pas franchement cet album qui va changer beaucoup de chose à la donne. La fin du cycle précédent donnait quelques réponses intéressantes mais laissait trop de réponses en suspens, et voilà que les auteurs nous propose donc un nouvel album introductif. Et qui dit introductif dit finalement un minimum d’action, le scénario se contentant ici d’introduire des nouveaux personnages et de faire le point sur les anciens. Un gros bof du coup, car si tout n’est pas à jeter, on s’ennuie ferme dans cet album, qui ne voit l’action démarrer que dans les quelques dernières planches.

Le dessin s’est affiné avec le temps, Guérineau semblant maîtriser de mieux en mieux son style réaliste, le scénario ne lui donnant malgré tout pas vraiment l’occasion de briller. La couleur, comme dans les tomes précédents, colle bien à l’ensemble sans trop en faire.

Cet album ne nous apporte strictement rien de neuf sur les Stryges. Après un 6e tome riche en révélations (même si beaucoup de choses restent encore obscures), on était en droit d’espérer que de nouvelles pistes allaient émerger sur ces créatures. Manque de pot, le tome se consacre essentiellement sur le mystérieux Sandor G. Weltman. Des Stryges, c’est surtout le baiser infernal qui est à nouveau au coeur de l’histoire, Melinda Chapman semblant avoir des séquelles très importantes de celui-ci.

Un nouveau cycle qui démarre trop lentement, avec une action lente et minimaliste et des personnages pas vraiment charismatiques. Espérons tout de même que le second tome verra les choses décoller davantage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *