Takada, Chigusa. Vampire Queen Bee. Tome 1

Kagero Kirino, un garçon calme et passionné par les animaux et insectes, subit les brimades répétées de ses camarades sans broncher. Mais une nouvelle vie va s’ouvrir devant lui lorsqu’il rencontre Riko, la reine des abeilles, appartenant à une caste de vampires. En se faisant mordre, Kagero devient une «abeille ouvrière» et s’éveille à de nouveaux pouvoirs qui vont changer son existence. Comme il ne peut y avoir qu’une seule reine, cela fait naître de nombreuses prétendantes…

Nouvelle série vampirique parue chez Soleil Manga, ce premier tome pose les bases d’un univers où les buveurs de sang sont assimilés à l’organisation d’une ruche d’abeilles. Ainsi, la vampire qui accède au statut de Queen Bee est la seule autorisée à engendrer de nouvelles recrues. Celles-ci sont désignées comme étant des abeilles ouvrières ayant pour devoir de veiller sur leur reine.

Bien malgré lui, Kagero devient l’une de ses abeilles protectrices. D’étudiant passionné par la biologie, mais maladroit et peu populaire, sa rencontre avec l’énigmatique Riko va le doter de pouvoirs inédits. La résistance physique du garçon est ainsi décuplée, mais surtout la vue du sang éveille en lui une nouvelle personnalité. Il émane alors de lui des phéromones qui le rendent irrésistible aux yeux de la gent féminine. Kagero maîtrise encore mal ses facultés vampiriques et ces dernières ne s’éveillent que lorsqu’il se trouve en situation délicate.

Le mythe du vampire est donc interprété avec pas mal de liberté. Kagero et Riko ne craignent pas le soleil ni les symboles chrétiens, puisque la Queen Bee s’est éveillée dans la crypte d’une chapelle. Élément essentiel, le sang est au centre de tous les enjeux. Si Riko, grâce à une bague qui symbolise son autorité, est en mesure de créer à volontée des Abeilles ouvrières (des vampires à son service donc), les rivales appelées Female Bee sont quant à elles contraintes d’attendre la pleine lune pour faire de même.

Ce premier tome conserve un certain mystère en ce qui concerne la personne de Riko. Elle évoque vaguement une mission à accomplir sans toutefois préciser sa teneur réelle. Les conditions de son passé sont obscures et l’on ignore même si elle est ou non une enfant, puisque goûter au sang de Kagero la fait se transformer provisoirement en adulte. À noter qu’à l’inverse de son protecteur, la Queen Bee ne possède aucune puissance physique ; d’où la nécessité d’un garde pour veiller sur elle.

Le manga de Chigusa Takada ne manque pas de charme. Graphiquement, le dessin est joli. Les tenues fashions de certains personnages féminins fourmillent de détails, et l’on sent que l’artiste a eu à cœur d’imposer un cachet reconnaissable à l’esthétique de son œuvre. L’histoire à proprement parlé se veut légère. Parsemée de situations burlesques, l’intrigue parvient à conserver du suspens sur des questions telles que le passé de Riko, son âge réel, la nature de cette mission dont elle se dit investie…

Avec sa présentation soignée, Vampire Queen Bee est un manga très sympathique qui se destine à un large public. L’action n’est pas toujours des plus trépidantes, mais une originalité bienvenue compense cette carence, avec une galerie de personnages intéressants et hauts en couleur. Surtout, comparé à d’autres ouvrages du même acabit, le thème du vampire est réellement exploité. Du fun, un zest de charme, un univers qui sort des sentiers battus… Vampire Queen Bee apporte un air de fraîcheur dans une production pourtant vaste. Un manga à l’histoire prometteuse qui propose une lecture fort distrayante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *