Karasawa, Kazuyoshi. Blood Parade, tome 1

Les apôtres sont des membres de l’ASI chargés de débusquer et de tuer les vampires, dont la population augmente dangereusement. Gilles Mayford est un jeune aspirant apôtre dont la famille à été massacrée par La source, la reine des vampires. Doté de grandes capacités, le jeune homme est en passe de terminer sa formation. C’est alors qu’on lui affecte son escudo, le garde du corps des apôtres. Une étrange jeune fille répondant au nom de Luna.

Nouvelle série manga pour les éditions Ki-oon, qu’inaugure ce premier tome de Blood Parade. L’histoire est plutôt bien ficelée, sans temps morts, mais pour le moment le scénario reste pour le moins classique, pas très loin d’Helsing ou d’un Trinity Blood. Premier tome oblige, on sent ici que l’auteur pose les bases de son univers et installe ses protagonistes (même si la galerie de personnages est encore un peu légère).

Le dessin de ce premier volet est assez réussi. Le trait des protagonistes est fin, et reste lisible aussi bien durant les combats que dans les scènes plus posées. Si les décors s’effacent dans les combats, le dessin mettant alors les protagonistes seuls au premier plan, l’auteur soigne le reste du temps ses arrière-plans, où se succèdent églises, opéra et autre bâtiments d’envergure, qui font contrepied avec le modernisme des bureaux de l’ASI.

Le thème du vampire se structure ici sur le personnage de La source, reine-mère de tous les vampires, qui n’est pas atteinte des mêmes freins que ses descendants (notamment la lumière du soleil). Pour ce qui est des vampires à proprement parler, ils sont dans l’ensemble assez classiques : ils doivent se nourrir de sang pour survivre, et on peut les tuer si on sépare la tête du corps, que ce soit via une lame ou des balles de pistolet. Certains (les plus anciens) développent en sus des pouvoirs liés au sang, qui peuvent leur permettre (notamment) de contrôler les vampires auxquels ils ont donné naissance.

Un premier tome qui se tient bien, même s’il repose pour le moment sur des éléments de scénario qu’on a déjà pu trouver dans d’autres séries. Pour autant, le dessin est homogène et réussi, et l’ensemble sera sans doute en mesure de davantage nous surprendre par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *