Gakuto, Mikumo – Tate. Strike the Blood, tome 1

Kojo Akatsuki ressemble à un lycéen comme un autre. Pourtant, le jeune homme cache à tous un secret. Suite à une rencontre dont il a tout oublié, il est devenu le quatrième Primogéniteur, un des vampires les plus puissants au monde. C’est alors que la jeune prêtresse armée Yukina Himeragi débarque dans sa vie. Elle avoue rapidement au jeune garçon qu’elle est mandatée par l’organisation Shishiô pour le surveiller, et l’exterminer s’il s’avère être dangereux.

Nouvelle série manga aux dents longues éditée par Kana, Strike the Blood intègre un certain nombre d’éléments classiques (dont la touche de fan-service) mais parvient à tirer son épingle du jeu. Le mystère qui entoure les différentes factions en présence (que ce soit l’organisation Shishiô, l’île au statut particulier où se déroule l’histoire où encore la place des autres Primogéniteurs dans l’histoire) suffit à titiller assez l’intérêt du lecteur pour que ce dernier referme avec curiosité ce premier tome. A noter qu’il s’agit à la base d’une série de romans pour la jeunesse, également adaptée en anime.

Le dessin est assez classique mais d’une bonne homogénéité. S’il ne laisse que peu la place aux décors, et que ces derniers s’effacent devant les personnages et leurs combats, l’auteur sait aussi réintégrer le contexte spatial quand cela s’avère nécessaire. Au final, le trait n’est donc pas forcément original mais n’en est pas moins maîtrisé et fin.

Le scénario imagine un endroit expérimental où créatures magiques (dont font partie les vampires) et humains essaient de vivre en paix. Les vampires sont clairement présentés comme les plus puissantes des créatures magiques, les seules à même de contrôler le familier qui est le cœur même de leur essence. Au sommet de la société vampirique, 3 (4 en fait) Primogéniteurs constituent les plus puissants de leur race. Pour le reste, si les vampires ne semblent pas avoir de difficulté à se mouvoir en journée, ils ne semblent pas particulièrement apprécier de se mouvoir à la lumière du jour. Mais on ne les voit pas se sustenter dans ce premier tome, ni montrer au grand jour leurs forces et faiblesses.

Un premier volume qui appelle une suite avant de pouvoir réellement se prononcer sur les qualités de la série. Mais il y a ici promesse d’un univers assez étoffé. À voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *