Takada, Chigusa. Vampire Queen Bee. Tome 4

Les évènements s’enchaînent dans ce quatrième tome de la série. L’entrée en scène des Bee Hunters apporte une nouvelle dimension à l’intrigue. L’aventure commence pourtant sur un ton léger. On y voit notamment Kagero se rapprocher sentimentalement d’une Shion qu’il ne laisse pas indifférente. Seulement, lorsque la menace des envoyés de l’Eglise va se préciser, l’étudiant va se voir imposer un choix déchirant : qui a-t-il le devoir de protéger en priorité, sa Queen Bee ou Shion ?

L’ombre de la redoutable Reine suprême Theresia plane sur le manga. À ce stade de l’histoire, les informations à son sujet ne sont encore distillées qu’avec parcimonie. Sa cruauté et le péril qu’elle représente sont les seuls éléments connus. Le père Rosenberg, maître des Bee Hunters, semble être impliqué dans son emprisonnement, il y a 89 ans de cela. Mais pour le moment, le mystère qui entoure l’insaisissable reine demeure intact.

 Les combats sont relativement brefs, Vampire Queen Bee étant un manga privilégiant les relations entre personnages à l’instar d’une action trépidante. Les frictions entre les Bee Hunters et les amis de Kagero sont notamment l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le farfelu Kurusu qui réserve quelques surprises. Riko est en léthargie durant une partie du tome, mais son réveil s’accompagne d’un rebondissement, concernant la relation la liant avec l’implacable Narumi.

Ce quatrième volet de Vampire Queen Bee se lit plaisamment. La série n’a jamais rien eu d’extraordinaire, et peut même paraître fantasque sur de nombreux aspects qui constituent pourtant son originalité. Les dessins sont plutôt jolis, nombre de situations prêtent à sourire… Un manga agréable, mais sans plus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *