Hino, Matsuri. Vampire Knight, tome 8

Pour permettre à cette dernière de recouvrer sa mémoire et la protéger contre la menace représentée par Roji, qui a pris possession du corps de Shiki, Kaname décide de mordre Yuki et lui faire boire son propre sang. Alors que Zero intervient, pointant une arme sur le couple, Yuki recouvre enfin la mémoire. Mais ce qu’elle va révéler au chasseur de vampire va totalement changer la donne.

Un huitième tome marqué par la levée du mystère qui recouvre encore l’amnésie de Yuki, à qui la morsure de Kaname offre enfin la vérité. Ce nouvel opus s’avère donc riche en avancées sur la position de chacun des personnages, qu’il s’agisse des vampires (en tête le pourquoi de l’intérêt de Roji pour Yuki), des chasseurs (notamment Ichiru) ou des humains. De fait, c’est davantage la Night Class qui est au cœur de ce tome, la vie de l’école s’effaçant en même temps que la position de Yuki bascule.

Niveau dessin, on continue sur la lancée des opus précédents, avec un style ouvertement shojo, qui se focalise quasi uniquement sur les personnages. Il y a encore parfois quelques soucis pour distinguer les personnages (notamment les secondaires, qui ont un physique moins marqué), mais cela ne perturbe pas vraiment la lecture.

Côté vampirique, on découvre certains pouvoirs jusqu’alors inconnu des vampires, comme celui de provoquer l’amnésie chez un autre vampire, jusqu’à inhiber ses instincts. On apprendra également que pour transformer un humain en vampire, l’échange de sang est une étape incontournable. Et que le sang des sang pur est une denrée assez rare pour que leurs naissances fassent l’objet d’un intérêt tout particulier de la part du sénat vampirique.

Un huitième tome particulièrement réussi, qui bouscule de nombreux éléments établis jusqu’alors, et voit l’intrigue prendre un tour inattendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *