Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 7. 2003

Alors que Willow apprend à contrôler sa magie auprès de Giles en Angleterre, le reste du Scooby-Gang continue sa lutte journalière contre les démons et autres créatures infernales. Mais la réouverture du lycée de Sunnydale, reconstruit sur la bouche de l’enfer comme le précédent lycée, va rapidement voir la petite bande sortir de sa routine. Pendant ce temps, à travers le monde, des jeunes filles sont assassinées par d’étrange créatures sans visage. Des jeunes filles qui seraient en fait des potentielles, destinées à prendre la relève de la tueuse à sa mort. Le Premier, une entité démoniaque antédiluvienne a en effet décidé de mettre un terme à la menace représentée par la tueuse, en détruisant sa lignée.

Sans aucun doute la meilleure saison de la série, la plus riche que ce soit au niveau de l’histoire, des personnages comme des rebondissements qui s’y succèdent. On y retrouve donc un Scooby-Gang amputé de sa sorcière, après que celle-ci ait manqué de détruire le monde à la fin de la précédente saison. Cette saison est en fait construite comme une sorte de vertigo, qui voit converger tous les personnages et l’intrigue vers une seule chose : le lycée de Sunnydale, qui cache l’entrée de la bouche de l’enfer. Tous les personnages vont gagner une fois de plus en maturité, depuis Buffy qui va apprendre l’origine de son pouvoir et ce qui en découle, à Willow qui va apprendre à se débrouiller sans recours obligatoire à la magie, en passant par Alex, Spike (l’un des personnages les plus intéressants de cette saison), Andrew, Giles, etc.

L’histoire est vraiment captivante, et même les récits parallèles (Anya et son statut de démon notamment) permettent aux scénaristes de creuser davantage certains personnages, toujours dans l’optique de les diriger vers l’apocalypse finale. On note également l’apparition de Robin Wood, fils de la précédente tueuse, qui fut tuée par Spike. Un personnage qui aura une importance cruciale dans la relation entre Buffy et Giles à la fin de la saison. A noter aussi la présence du prêtre Caleb, l’un des principaux bad guy de la saison, bras droit du Premier qui s’est laissé corrompre par sa puissance. Un des méchants les plus déjantés et captivant de la série.

Il s’agit là d’une des saisons les plus riches de la série pour ce qui a trait au mythe du vampire, et des tueuses. On découvre notamment l’existence d’une race vampirique plus ancienne, les Turok-Han, plus rapides et plus résistants que les vampires que nous connaissons. Les souvenirs que le proviseur possède de sa mère ex-tueuse vont également donner l’occasion aux scénaristes de revenir sur l’origine des tueuses et l’essence même de leur pouvoir, une connaissance que Buffy va acquérir sur les lieux même où naquit la première tueuse. Cette saison va également donner d’autres éclairages sur la lignée des tueuses : la manière dont s’organise la passation de pouvoir à la mort d’une tueuse, l’existence d’armes mystiques destinées à ces mêmes tueuses, etc.

Une saison finale rondement menée, qui ne ménage aucun temps mort et voit la série grimper encore d’un cran au niveau qualitatif. Le suspense va crescendo, les rebondissements sont judicieux et s’articulent à la perfection, bref à n’en pas douter la meilleure (et dernière) saison pour cette série TV.

Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 7. 2003Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 7. 2003Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 7. 2003

Une réponse à Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 7. 2003

  1. Melisende dit :

    Mais pourquoi la série s’est-elle arrêtée ?! Je ne m’en remets toujours pas… 🙁

    Meli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *