Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 2. 1998

Le Maître éliminé, Buffy et ses amis peuvent profiter d’un été reposant où peu de phénomènes surnaturels vont venir bouleverser leur quotidien. Mais Le juste des justes, qui a échappé à la Tueuse, entend bien se venger de Buffy. Diverses tentatives échouent, jusqu’à ce qu’apparaissent à Sunnydale un couple de vampire aussi fou que dangereux : Drusilla et Spike, de vieilles connaissances d’Angel. Spike cherche à soigner Drusilla, qui est aussi folle que physiquement épuisée. Et pour cela, il va devoir à son tour affronter Buffy, qui n’est pas prête à laisser s’installer en ville une nouvelle fratrie de vampires.

Cette seconde saison de Buffy contre les vampires est dans la droite lignée de la précédente. On retrouve donc les personnages phares de la première saison (Buffy, Angel, Giles, Alex, Willow et Cordelia), auxquels viennent s’ajouter de nouvelles têtes : Oz et Melle Calendar dans les rang des « gentils » et Spike et Drusilla dans le rang des « méchants ». On remarque que la psychologie des personnages s’affine, et qu’ils apparaissent de moins en moins archétypiques. Même les personnages qu’on pensait bons s’avèrent beaucoup plus compliqués qu’au premier abord (Giles et Melle Calendar en tête). Pour le reste, le scénario de cette série fait la part belle à l’opposition entre Spike/Drusilla et le reste des personnages, jusqu’à un éblouissant final. Cette saison est une des plus riche en drames et en rebondissements, et fait défiler son cortège de morts violentes, de monstres et de malédictions ancestrales. En dehors de la mise en relief de la part sombre de certains personnages, des personnages comme Willow ou Alex s’impliquent plus davantage, et se présentent de moins en moins comme de simple faire-valoir de Buffy.

Les vampire mis en scène dans cet opus ne rompent pas les bases posées dans la précédente saison. Les vampires sont donc toujours des êtres possédés par un démon avide de sang, dont le faciès change dans le feu de l’action. Ils possèdent une force colossale, même s’ils craignent aussi bien la morsure du soleil, qu’un pieu fiché en plein cœur où une aspersion d’eau bénite. L’une des nouveautés de la série est de faire des vampires des être possédés par une entité démoniaque qui supplante leur âme au moment de la naissance à la non-vie. Angel en est l’exemple le plus marquant, car lui a retrouvé son âme suite à un antique rituel (ce qui est d’ailleurs au cœur de la trame narrative de cette saison). De même, cette seconde saison va être l’occasion de découvrir certains rituels magiques liés aux vampires (soin d’un vampire blessé, invocation de son âme, protection d’une maison contre les intrusions d’un vampire qui a été au préalable invité, etc.).

Cette seconde saison corrige donc le côté légèrement caricatural de la première saison, en lui ajoutant une profondeur et un souffle épique pour le moins réussi, qui entérine le succès de la série. Excellent.

Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 2. 1998Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 2. 1998Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 2. 1998

Une réponse à Whedon, Joss. Buffy contre les vampires. Saison 2. 1998

  1. Melisende dit :

    Qu’est-ce que j’ai pleuré pendant cette saison… le dernier épisode me fait toujours verser une petite larme ! La saison préférée de mon adolescence. Aujourd’hui, je ne sais pas en quelle place je la mets, mais pas loin du haut du classement en tout cas. J’avoue également que le charme de David Boreanaz opérait très bien sur moi, ce qui, peut-être, influençait mon jugement ! ^^

    Meli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *