Oshimi, Shuzo. Happiness, tome 9

Les hurlements de Yûki finissent par réveiller Makoto, prisonnier depuis 10 ans dans un complexe médical. Il a la surprise de retrouver Saku à ses côtés. Celui-ci est parvenu à reconstituer partiellement son corps, et s’est ensuite attaqué à l’ensemble de leurs gardiens. Tous deux mettent la main sur les restes de Nora, dont ne subsiste qu’un cerveau baigné dans du formol. Blessé, Saku se livre afin de faire diversion, laissant à Makoto la possibilité de rejoindre ses anciens amis.

Ce neuvième opus de la série nous offre enfin à savoir ce qu’il est advenu de Makoto et de Nora durant les dix dernières années. L’auteur explore le rêve d’immortalité qui anime les hommes, et dont les protagonistes sont des victimes. D’un côté les scientifiques, de l’autre la secte de Sakurane. Deux manières d’aborder le sujet pour une conclusion unique : dans son obsession à vaincre la mort, l’homme est capable de tout. Shuzo Oshimi, dont la série avance à grands pas depuis quelques tomes, continue dans le même temps d’insuffler une psychologie travaillée à sa galerie de personnage.

En ce qui concerne les dessins, on retrouve cette idée que la vision des vampires diffère de celle des hommes. Ce que voient les buveurs de sang rappelle en effet les toiles de Van Gogh. C’est un choix novateur qui trouve tout son sens dans la série. Pour ce qui est des scènes où ce ne sont pas les vampires qui assistent à l’action, l’auteur est autant à l’aise dans les plans larges que les zooms sur les visages de ses protagonistes, particulièrement quand il s’agit de souligner leur folie ou leur désespoir.

On apprend plusieurs choses intéressantes sur les vampires dans ce nouveau tome. Premièrement, ils sont réellement immortels : même démembrés, ils finissent par se reconstituer. Ensuite, ils semblent partager un lien mental entre vampires d’une lignée commune. Ainsi Makoto entendra les cris de Yûki comme la voix de Nora, qui l’aide à supporter les 10 ans d’enfermement.

Ce neuvième volet de la série se lit rapidement, et pour autant il apporte de nombreux éléments à l’univers. Happiness est vraiment le manga de vampire à ne pas manquer ces temps-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *