Oshimi, Shuzo. Happiness, tome 8

À la recherche de Yukiko, Sudô est parvenu à pénétrer le bâtiment de la secte dont Sakurane est le gourou. Au sous-sol, il a retrouvé sa collègue en triste état, couverte de plaies, torturée et livrée en sacrifice à Yûki, qui semble être prostré depuis des années. Car c’est bien dans l’espoir qu’il le transforme en immortel buveur de sang que Sakurane veille sur l’ancien camarade de Makoto. Alors qu’il est sur le point de libérer Yukiko, Sudô est attaqué par Sakurane, qui se jette sur lui un couteau à la main.

Le septième tome s’achevait sur un cliffhanger particulièrement angoissant, cette suite, si elle voit la situation se résoudre rapidement (et mieux qu’elle ne le présageait) ne va pour autant pas faire basculer Happiness vers plus de gaieté. Car si Yûki reprend enfin conscience ce qui se passe autour de lui, c’est pour faire face à l’incompréhension de la secte qui le prend pour un dieu, sous l’influence de Sakurane. Ce nouvel opus va d’ailleurs lever un pan du voile qui recouvre le passé de ce dernier. On découvrira comment ce dernier pouvait déjà connaître l’existence des vampires et jusqu’où il est prêt à aller pour que ses désirs deviennent des réalités.

Graphiquement, ce nouveau tome est de toute aussi bonne facture que les précédents. Si aucune des scènes n’est racontée du point de vue des vampires, le flash-back autour de Sakurane donne une fois de plus à Shuzo Oshimi l’opportunité de varier les styles. Et c’est toujours impressionnant de dynamisme et de finesse.

Cet opus nous laisse entendre que l’absorption du sang des vampires peut suffire à transformer quelqu’un en vampire. C’est du moins ce dont semble persuadé Sakurane, suite à l’expérience qu’il a eue. On verra une fois de plus que les vampires possèdent une force physique décuplée, mais qu’elle ne fait pas tout (surtout face à des opposants en surnombre).

Un nouveau tome de très bonne tenue pour Happiness. On s’éloigne des thématiques originales de la série, mais l’ensemble reste prenant, et laisse encore planer le doute sur le destin de Makoto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *