Meyer, Stephenie. Tentation

« Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m’en mêlerai plus. Ce sera comme si je n’avais jamais existé.  » Rejetée par celui qu’elle aime passionnément, Bella ne s’en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n’a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d’Edward, et éprouve l’illusion de sa présence. Comme s’il ne l’avait pas abandonnée, comme s’il tenait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?

Second opus de la série vampirique de Stephenie Meyer, ce nouveau volume reprend l’histoire là où s’était arrêté le premier opus. L’histoire va mettre à mal l’histoire d’amour qui a émergé entre Bella et Edward. En effet, celui-ci, conscient du danger que sa nature fait courir à celle qu’il aime, décide de s’en éloigner. Et pour le coup, on retombe dans les mêmes poncifs que le premier opus. L’histoire d’amour prend le pas sur la quasi-totalité du reste, tombant ici dans les affres du triangle amoureux. Force est de constater que l’impression de lire un roman pour adolescent ne s’est pas estompé et empire même. L’auteur s’attache à certains vampires dont l’existence n’était qu’esquissée dans le précédent volume, et de nouvelles créatures (pas forcément des plus novatrice vu le contexte) font leur apparition, même cela ne suffit pas à dynamiser l’histoire.

Peu de choses sont apportées aux caractéristiques vampiriques mises en place dans le précédent opus. On découvre cependant ici qu’il existe d’autres vampiriques, bien plus puissants que la famille Cullen, et que les vampires disposent d’un ennemi surnaturel à leur image.

Ce second opus, alors qu’il aurait pu vraiment lancer la série après un premier volume largement introductif, se contente d’enliser l’histoire dans un déluge de romantisme un tantinet cul-cul, allant jusqu’à exploiter l’archétype du triangle amoureux. Le style de l’auteur est toujours là, le scénario est quant à lui toujours aussi pétri de longueurs et de clichés. Dommage.

9 réponses à Meyer, Stephenie. Tentation

  1. kenshin dit :

    Et pour dire, je n’ai même pas réussi à dépasser le chapitre… euh… enfin la page 50! Le début est beaucoup trop centré sur la dépression du personnage de Bella (ce qui donne au lecteur l’envie de la baffer et de lui dire : "eh! ça fait 4 mois qu’il t’a laissé tomber ! Tu ne vas pas continuer à déprimer jusqu’à la fin de tes jours pauvre idiote ?!"). C’est dire à quel point je ne me suis pas du tout attachée à l’héroïne -_-" …

    On a surtout l’impression que le livre ne parle uniquement que d’histoire d’amour – laissant complètement le côté fantastique-vampirique en arrière.

    J’ai zappé quelque pages du livre et je trouve intéressant de mettre en avant le personnage de Jacob, ainsi que le mythe des lycanthropes. Mais c’est tout ce que j’ai trouvé de bien.

    Finalement, je trouve que cette saga devient de plus en plus ennuyeuse… Mais après chacun son avis.

  2. Laura dit :

    Ah ah ah^^ Tes commentaires ne manquent pas de piquant Kenshin. Ils me font rire^^ Surtout que je suis de ton avis. Moi j’ai lu le bouquin en entier et je confirme: le seul truc vraiment prenant est le mythe des lycantrophes. C’est vraiment le perso de Jacob qui porte ce volume et qui donne un peu de réalisme émotionnel au bouquin. Jacob est plus crédible et plus consistant que l’inconsolable et dépressive Bella. Elle en devient vite agaçante a se morfondre dans un mélodrame a tendance suicidaire. Et cette déprime dure sur 80% du livre. Donc oui, assez vite, on a "’envie de la baffer et de lui dire : "eh! ça fait 6 mois qu’il t’a laissé tomber ! Tu ne vas pas continuer à déprimer jusqu’à la fin de tes jours pauvre idiote ?!". En parallèle, la dimension lyrico tragique d’Edward s’intensifie, du style "Ô rage Ô désespoir, mon aimé n’est plus…Tuez moi!!" (je caricature bien sur mais c’est l’idée). Bref, c’est un roman d’adolescent ou les sentiments et réactions sont magnifiés dans une mesure qui peut difficilement être crédible. On reste en surface de l’histoire, a défaut de pouvoir se l’approprier. C’est dommage, il y avait du potentiel.
    PS: par curiosité, je suis allée sur wikipédia (engl) pour connaitre la suite et fin au travers d’un résumé étoffé. Et sa lecture a confirmé le cap suivi avec un dénouement dénué de profondeur.
    Je tiens a préciser que je ne suis pas ce genre de lectrice qui critique et incendie par plaisir. Je reconnais que le bouquin a des qualités indéniables… sinon je n’aurais pas lu le 2 en moins d’une journée… mais les romances sucrées sans caractère ne sont pas pour moi. Je n’ai pas beaucoup de culture littéraire ni vampiresque mais a choisir dans le répertoire pour adolescente, Buffy contre les vampires m’a fait vibrer. Je préfère de loin les personnages de caractère, fille ou garçon, dont l’équilibre des forces et faiblesses les rend attachants.

    Laura

  3. kenshin dit :

    XD en général je porte mes critiques en me basant sur différents points : le style de l’auteur, le thème, l’histoire, l’évolution de l’histoire, le type de lecteur (ado, adultes, tout le monde, etc ), etc

    Bon évidemment je ne critique pas non plus par plaisir (quoique…), j’ai lu le tome 1 en 3 jours, mais tout comme toi Laura : "les romances sucrées sans caractère ne sont pas pour moi."

    J’ai aussi regardé la fin sur internet, mais personnellement, ce n’est pas du tout à ce genre de fin que je m’attendais, donc je n’ai pas trop apprécié.

  4. vampirix dit :

    vous m’excuserer de contredire vos essai intellectuel mais je pense que bella fait de ce livre un roman realiste et l’humanité de ce personnage rend la saga tellement credible ont presque envie de croire a l’existance des vampire tellement ont s’identifie au personnage je parle des gens qui ont vecu une VRAI deception amoureuse avec l’amour de leurs vie
    et stephenie meyer est tres intelligente dans le sens ou dans le troisieme donne un sens a tout le reste elle ne formule jamais une phrase ou de description qui n’on pas de sens par la suite

  5. Laura dit :

    On se détend Vampirix, il n’y a pas de quoi "hausser le ton" ni recourir au sarcasme. Je sens une grande passion dans tes lignes et comme cela a été dit, ce ne sont que des avis purement subjectifs qui n’engagent que leur auteur. On ne revient ni sur l’humanité du personnage ni sur la douleur de perdre un être aimé. Seulement sur la façon de le vivre et de l’assumer. La fragilité qu’affiche Bella est simplement un trait qui peut sembler outrancier dans le contexte du roman. Ajouté au vocabulaire mélancolique assurément sollicité, le tout en devient peut être "hors proportions". Et je rejoins Kenshin sur son opinion: quand bien même une douleur est intense, il faut savoir se ressaisir, savoir se battre au lieu de se laisser glisser dans l’apitoiement et la dépression.
    Mais bon, gardons un ton léger. Après tout, ce forum est un lieu d’échanges littéraires, non de débat polémique interposé. HAKUNA MATATA^^

    Laura

  6. missbrownie dit :

    Je viens faire un tour ici suite à ton commentaire sur mon blog.
    J’avoue que je me suis laissée séduire par la fascinant Edward, par sa relation amoureuse avec Bella.
    Les romans sont loin d’être parfait mais ils arrivent à me transporter, à m’évader.
    Je me sens redevenir ado en les lisant, ce qui fait du bien parfois.
    Le tome 2, je l’ai apprécié, par contre le tome 3, les hésitations de Bella m’ont agacé, je ne les ai pas comprise. Puis le tome 4 m’a déçu, surtout la fin du 1er livre.

  7. Asmodée dit :

    Tentation s’inscrit tout à fait dans la lignée de Fascination, il n’y a pas de doute. Malgré l’archétype éhonté des sentiments mis en avant, c’est toujours aussi bon de suivre les déboires amoureux de Bella et Edward, même quand on a largement dépassé l’âge de l’adolescence. Le côté aseptisé du récit ne m’a personnellement pas rebuté outre-mesure. Les loups-garous Quileute, avec l’exploitation plus approfondi du personnage de Jacob, apporte la touche d’originalité nécessaire pour que l’histoire ne sombre pas dans le piège du déjà-vu. Ensuite c’est certain que la romance est simplifiée au maximum, l’auteure ne prenant même pas la peine de dissimuler les moult références à Romeo & Juliette auxquels elle recourt ; au contraire elle semble même les revendiquer.
    En fait, les défauts relevés par les détracteurs de la série, souvent justifiés, peuvent se révéler autant de qualités pour d’autres. L’univers décrit est toujours aussi attractif tandis que les nombreux personnages sont attachants en diable. La clarté narrative, surtout, est de mon point de vu la principale qualité du roman. Et puis bon, j’avoue accrocher méchamment à la figure vampirique imaginée ici. Le côté "pouvoir personnalisé" des buveurs de sang s’inscrit dans la modernité, ouvrant les portes du genre autant à de jeunes lecteurs néophytes qu’à des plus confirmés. Bref je comprends que l’on puisse ne pas apprécier cette œuvre finalement pas si facile à cerner que cela. Bon public, j’adhère personnellement toujours autant, sans retenue aucune. Calibré, épuré, parfois excessivement fleur bleu mais tellement bon…

  8. Barkovitch dit :

    Très très poignant.
    L’intensité des sentiments éprouvés par Bella sont très bien décrit.
    C’est sans doute le premier livre qui m’a autant éprouvé.

  9. Anga dit :

    A simplement noter que de vrais vampires apparaissent, les Volturi. Je suis une fan de Twilight mais seulement des Volturi, car j’en suis venu à détester le couple Bella/Edward. Une histoire trop parfaite pour être honnête.
    Au début j’ai lu Fascination avant le phénomène, j’avais imaginer un monde assez différent de celui proposer par les films, et en plus au tout début je voulais pas lire le livre c’est ma mère qui a insisté.
    Finalement c’est le personnage d’Edward qui m’a permit de me rendre compte du romatisme culcul de ces livres, je préfére les vrais vampires ceux qui boivent des humains en les tuant, c’est tellement plus intéressant.
    Néanmoins, je considère la saga de Stephenie Meyer comme un divertissement pour les adolescentes en mal d’amour romatique et bien culcul…
    J’ai grandi par rapport où j’ai lu pour la première fois ces livres, j’adore les Volturi cependant, et je lis aussi beaucoup de livres sur les vampires.
    Je le redis encore mes vampires de Twilight préférés sont les Volturi, et tout les autres non-végétariens.
    Anga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *