Lemaire, Philippe. Radu Dracula, tome 3. L’un de vous me livrera !

Radu Dracula vit depuis quelques semaines avec sa fille Mira et la jeune archéologue, récemment transformée, Solange. Il se confronte tous les jours au caractère bien trempé de la jeune française qui a le don de lui faire perdre son self-control. Les deux jeunes filles s’entendent très bien et se confient l’une à l’autre. De plus, elles ont des contacts réguliers avec des fantômes qui leurs transmettent beaucoup d’informations sur Radu. Et il y en a une qui scandalisera Mira, au point qu’elle quittera le château situé dans les Carpates et laissera son père et son amie sans nouvelle.

Ce troisième tome nous amène dans plusieurs contrées et à plusieurs époques différentes. Nous voyageons dans les Carpates, en Angleterre et également en Egypte. Nous suivons en parallèle de Radu, Judas. Ce descendant de Jésus possède la clé du graal que veut obtenir Radu. Mais ce dernier continue de jouer au chat et à la souris. En effet, pendant une bonne moitié du livre, nous avons des présentations des divers périples du point de vue de Judas ou bien de celui de Radu. Nous suivons donc leur parcours avec leurs échecs ou victoires respectifs. Cette partie est assez longue et on attend un peu de nouveauté. C’est vrai que cette quête du Graal n’est pas innovante.

La nouveauté arrivera avec le départ de Mira. Autant dans les précédents voyages avec les autres personnages, je n’avais pas réussi à me projeter. Autant là, j’ai suivi Mira dans son périple l’amenant à Londres. Cette bouffé de fraîcheur est bienvenue et relance l’intrigue.

Une fois arrivée au cimetière d’Highgate, Mira rencontre d’autres vampires. Mais ces derniers ne sont pas comme elle. Ils vivent reclus dans le cimetière. Leurs corps présentent des stades avancés de décomposition et la force que dégagent les vampires que connait Mira à complètement disparu ici.

La première partie nous rappelle les origines de la quête ainsi que les différents personnages intervenant dans l’intrigue que se soit du côté des chasseurs de vampires que du côté de Radu. De fait, cette partie paraît longue et redondante. C’est à partir du départ de Mira que la narration est plus dynamique et enjouée. On respire autant que Mira ce parfum de liberté et de nouveauté. En espérant que le tome 4 continue dans cette lancée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *