Faivre d’Arcier, Jeanne. L’Opéra Macabre – L’intégrale

L’héroïne de Rouge Flamenco, la vénéneuse Carmilla, nous entraîne dans le 1840 des maisons closes d’Alger, à la scène flamenco de Séville, où la jeune femme, devenue une créature de la nuit, exerce ses talents. La Déesse écarlate nous conte le destin époustouflant de Mâra, divinité indienne et vampire courtisane, éprise d’un humain décidé à détruire tous les buveurs de sang.

La première partie du roman est donc consacrée à Carmilla. On la rencontre à Paris, flamboyante danseuse de flamenco et chasseuse de sang… Un soir, un autre vampire entre dans sa vie, Johannès, elle décide de lui raconter sa vie. Fille d’un bagnard en fuite, elle est devenue prostituée très jeune dans les rues sordides d’Alger. C’est là qu’un vampire lui a donné l’immortalité et s’est enfui en la laissant seule et terrorisée par sa nouvelle condition. Elle a juré de retrouver son créateur pour lui demander des comptes. Mais Carmilla cherche également à se passer de sang humain en créant un sérum et le passé et le présent vont se retrouver pour contrecarrer les projets de la jeune femme.

La seconde partie nous conte le destin incroyable de Mâra. Rencontrée dans le premier opus et amie puis rivale de Carmilla, la jeune femme éblouissante s’est lassée de l’Europe et revient à Bombay. Mais pas seule ! Elle est amoureuse d’un jeune homme dont la fiancée a été enlevée par une secte dirigée par un vampire. Pour apaiser son bien-aimé, Mâra s’est donné pour mission d’exterminer tous les buveurs de sang.

Les caractéristiques des vampires restent ici assez classiques : un besoin vital de sang, ils préfèrent la nuit au jour, ils deviennent vampire en buvant le sang d’un des leurs. Leurs pouvoirs principaux sont la vitesse et la télépathie.

Carmilla est devenue vampire grâce à un autre vampire qui l’a mordue et a pu survivre avec quelques bribes de sang au départ.

Seule Mâra est un peu différente car elle apparaît comme une démone hindoue, elle est considérée comme l’une des plus puissantes parmi les vampires. Seul l’un d’eux aura l’audace de se dresser contre elle.

Une belle présentation qui réunit les deux œuvres !

J’ai bien aimé les deux récits mais je suis restée un peu sur ma faim, peut-être à cause de quelques petites longueurs dans les histoires. Les personnages sont pourtant bien campés et les intrigues assez réussies. L’écriture est vraiment agréable à découvrir.

Bref une œuvre vampirique qui reste à découvrir malgré tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *