Scarling, Alice. Requiem pour Sascha, tome 2. Dies Irae

Zekiel apparaît alors que Raphaël hésite à tuer Sascha, toute fille de Lucifer qu’elle soit. En l’occurrence, c’est le prince des démons qui a demandé à son général de ramener sa fille au bercail. Et pour sauver l’ange déchu, Sascha accepte de suivre le démon en enfer. Car si Raphaël et Zekiel s’avèrent être frères, leur relation est loin d’être cordiale. De retour en enfer, la jeune demi-démone va devoir prendre part à la lutte séculaire que se livrent les anges et les démons, d’autant qu’elle semble être une pièce importante du jeu.

Un deuxième opus qui va voir Sascha découvrir le combat que se livrent anges et démons, autour de la collecte des âmes des défunts. Une découverte que l’héroïne fera donc en même temps que le lecteur, qui se trouve plongé lui aussi dans un combat complexe où les rôles du bien et du mal ne semblent pas aussi définis que ce qu’on pourrait croire. Après avoir suivi la jeune fille aux côtés de Raphaël durant sa découverte de son héritage, nous voilà donc à la suivre alors qu’elle endosse son rôle de demi-démone. Niveau narratif, c’est donc une manière de mettre l’héroïne aux prises avec une autre part de son essence : un premier tome sur sa vie humaine, un second sur sa vie démoniaque.

Niveau vampirique, les buveurs de sang n’ont pas forcément une place prépondérante dans cette suite. Il est cependant à noter que l’idée des Bouches de l’Enfer (ne serait-ce que pour l’appellation) est un emprunt évident à Buffy, Alice Scarling y ajoutant une surcouche religieuse. Quant aux vampires, l’auteur leur consacre cependant une scène d’intérêt qui met en évidence deux choses. La première, c’est que le sang de vampire est un accélérateur de soins hors pair. La seconde, c’est que les buveurs de sang n’ont pas qu’une obsession pour le sang. Le sexe s’avère en effet être aussi au cœur de leur préoccupations.

Une suite de même calibre que le premier volet, qui permet au lecteur de poursuivre les péripéties de l’héroïne, alors que cette dernière comprend peu à peu le conflit dans lequel elle a pris pied. S’il y a encore trop de scènes de sexe à mon goût, on peut cependant noter qu’elle sont assez cohérentes avec le récit, dans le sens où on s’éloigne du côté plus romantique de l’histoire qui se nouait entre Sascha et Raphaël. J’attends de voir où va nous amener le troisième tome (et si la place des vampires ira crescendo), la fin étant une nouvelle fois assez brutale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *