Delalandre, Chloé. Alsorvampred, Le deuil de l’ignorance

Emily Delatre, 22 ans, a été élevée par sa tante Rose suite à la disparition de ses parents alors qu’elle était enfant. Elle a toujours mené une existence tranquille et remplie d’amour. Mais après une déception sentimentale, Emy, encore sous le choc du décès de sa tante, décide de tout plaquer et de partir s’installer en Normandie, terre d’accueil de sa meilleure amie, Alice Montrouge. En s’installant à Louverville, Emy était bien loin d’imaginer ce que cette petite ville, qui lui était pratiquement inconnue, et ses habitants allaient lui apprendre sur ses origines. Et sa rencontre avec le beau et mystérieux Alexandre Dussy ne fera que la plonger encore davantage dans un monde dont elle ignorait jusqu’à la simple existence…

Dès son arrivée, Emily est accueillie par Alice sa meilleure amie. Cette dernière étant d’un naturel enjoué et dynamique, secouera les habitudes de la petite Emily. Elle lui propose de suite de devenir son associée dans la gestion d’un petit magasin de décoration. Les voilà donc toutes les deux s’affairer à l’ouverture du magasin qui a lieu quelques jours plus tard. Les deux acolytes se réjouissent des premières visites qu’elles ont à la boutique. D’ailleurs, l’une de ses visites sera des plus étonnantes. La famille la plus en vue dans la région vient passer une commande chez elles. C’est dans ce cadre qu’Emy rencontrera Alexandre, un des fils de la famille Dussy. Elle se trouvera très perturbée par la présence de ce garçon. D’ailleurs tout commence avec cette étrange rencontre.

Emily ne pensait pas qu’en déménageant à Louverville, elle allait en apprendre plus sur sa famille et ses origines. Et quelles nouvelles ! Savoir enfin que toutes ses sensations et rêves étranges sont dus à son héritage, à son sang. Se rendre compte que vampires, sorciers, elfes et autres personnages de contes fassent partie de la vie de tous les jours, est une annonce difficile à faire passer. Et qu’en plus de ça, elle, pauvre terrienne, fasse parti de ce nouveau monde. Il y a de quoi devenir folle.

L’univers se laisse doucement découvrir page après page. Un univers qui oscille entre Twilight et Harry Potter.
 Les vampires sont divisés en deux clans : les Vampred. Ces vampires qui ont choisi de se rallier aux sorciers pour permettre à leur peuple de vivre tout en restant inconnu des humains. Cette entraide interraciale se nomme l’Alsorvampred et réunie également les Elunias : les fées des contes pour enfants. Mais des opposants à cette cause existent. Les autres vampires eux promeuvent la suprématie de leur peuple. Ils refusent les règles fondatrices de l’alliance ou leur anonymat vis-à-vis des humains. L’originalité de ce monde n’est pas dans les capacités des êtres côtoyés mais plus dans leurs façons d’interagir ensemble. Nous restons dans des codes fantastiques éprouvés mais les alliances entre peuples sont plutôt originales. Surtout que les uns permettent d’augmenter les capacités des autres. Des vampires qui nous paraissent plus subtils que d’habitudes et moins en démonstration de force. Il n’hésite pas à user de certains de leur pouvoir pour posséder des êtres humains. Par exemple, leur odeur peut vous marquer et vous posséder.

Une lecture en dessous de mes espérances. Le début de lecture très lent avec une énigme qui se laisse attendre nous donne plusieurs fois l’envie de tout arrêter. Et cela sans compter les dialogues ou descriptions très naïfs de la vie de tous les jours des deux amies. Un peu plus de présentation de personnages ou d’actions concernant l’intrigue aurait été plus judicieux à mon goût. Ce côté naïf a tendance à s’estomper à partir de la moitié de livre. On espère que le tome 2 continuera dans cette lancée car que ce soit concernant la relation Alexandre/Emily ou bien les révélations concernant la lignée d’Emily, il y a encore de belles choses à découvrir. Ce monde fantastique très riche ne mérite pas que l’on nous le serve avec des mièvreries. La note que j’attribue pourra paraître généreuse. Mais j’estime que la fin du livre le mérite ainsi que l’univers foisonnant de Chloé Delalandre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *