Coopman, Cathy. Les chroniques de Susylee, tome 1, Les poussières de l’aube

La belle et jeune Susylee se réveille un soir sans aucun souvenir de sa vie d’avant. Un homme au teint pâle se présente comme son tuteur. Il va l’aider à composer avec sa nouvelle vie de vampire en suivant à la lettre les multiples règles initiatiques et chaotiques de près de cent ans qui vont redonner sens à son existence.

Nous suivons Susylee dans son apprentissage. Elle découvre sa nouvelle condition de vampire sous la houlette de Soriel. Ce charmant vampire de plus de 800 ans est son tuteur. Il doit suivre Susylee pendant les 102 premières années. Elle doit apprendre à découvrir ses capacités, les développer mais également connaître toutes les lois et règles qui régissent leur société. Dont une qui perturbera beaucoup Susylee, comment ne pas avoir de relation sexuelle pendant 102 ans ?! Mais il y a une chose qui la perturbe davantage. Susylee ne connait pas la personne qui l’a transformée. Il l’a apportée chez les Arwels le soir où il l’a mordu. Comment s’épanouir psychologiquement sans connaître la manière dont sa vie à changée ?

Cette société de vampires est connue des chef de l’état du monde entier et de quelques personnes. Un groupe parallèle s’est formé pour éliminer les vampires hors-la-loi : les Traqueurs. Les Arwels devront souvent se justifier et également faire des compromis pour leur permettre de vivre.

Les vampires sont proches du mythe originel. Il faut un échange de sang pour que la transformation en vampire ait lieu. Ils dorment le jour et ne supportent pas les rayons du soleil. Ils ont toutefois une spécialité, un don qui leur est propre. Mais cette spécialité peut être transmise et apprise par d’autres.

Susylee évolue en Angleterre principalement mais voyage également en Inde, en France ou encore aux Etats-Unis. On a plaisir à la suivre tout au long de ses années. Les personnages s’impliquent dans l’Histoire, lors de seconde guerre mondiale ou croisent des personnages célèbres.

Quelques fautes typographiques sont à noter : des phrases avec des mots en moins ou en plus, des virgules manquantes. Rien de très gênant mais suffisamment nombreuses pour être remarquées (de plus en plus nombreuses au fil de la lecture).

Il est étrange de se retrouver en compagnie d’une vampire nouvellement née qui n’a aucun souvenir de sa transformation. On apprend en même temps qu’elle. Les informations arrivent au compte goutte. Cette situation de non-savoir est très bien gérée et nous laisse constamment dans une envie d’en savoir plus. On a du mal à quitter notre lecture pour ainsi avancer dans l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *