Ball, Alan. True Blood. Saison 2. 2009

Quelques semaines après la mort de René à Bon Temps la vie semble avoir repris son cours dans la petite communauté. C’est alors qu’un premier cadavre, le cœur arraché, est retrouvé dans la voiture d’Andy Bellefleur. Sookie rencontre par ailleurs Jessica, l’infante de Bill qu’Eric lui a ramené, lassé par les manières de la jeune vampire.

C’est ce même Eric qui va charger Sookie de se rendre à Dallas, pour enquêter sur la disparition du shérif vampire de la région. Jason lui décide de participer (moyennant finances) à un séminaire organisé par la communauté du Soleil, une faction religieuse farouchement opposée aux vampires. Et pendant ce temps à Bon Temps, Maryann, une vieille connaissance de Sam, sème le trouble à répétition dans les esprits des habitants…

Une deuxième saison qui démarre un peu lentement mais qui va ensuite crescendo, pour s’offrir un final des plus réussi. Certes on peut toujours noter le côté archétypique de certains des personnages principaux (tels que Sookie ou Bill), mais Alan Ball a su extraire des romans de Charlaine Harris le meilleur, modifiant à loisir les personnages secondaires ou certains éléments de l’intrigue. Visuellement cette seconde saison est vraiment réussie, de part son générique toujours aussi évocateurs à la bande son envoutante, jusqu’aux décors et à l’ambiance que les différents lieux mis en scène évoquent.

La psychologie des personnages est bien plus intéressante que dans la première saison, que ce soit pour Sookie (qui commence à se poser des questions sur ce qu’elle est réellement, et qui abandonne peu à peu son insipide côté écervelé), Jason (qui voit son personnage prendre de l’ampleur au fil de la saison) ou encore Eric, auquel on attribut un rôle bien plus important que pour la première saison. En résulte une nouvelle saison qui met quand même quelques épisodes à démarrer mais qui ne fait que se bonifier au fil des épisodes.

Ce qu’on apprends de nouveau dans cette saison au sujet du mythe du vampire tourne essentiellement autour de la filiation entre un vampire et ses infants. Un infant ne peut ainsi pas se rebeller contre l’autorité de son créateur, dont la force lui sera toujours supérieure. C’est par ailleurs le créateur qui est censé éduquer son infant, lui montrer comment se comporter en tant que vampire. Cette saison va également être l’occasion de pénétrer plus en avant la hiérarchie des vampires, notamment via la porte-parole des vampires devant les médias, ou encore la reine des vampires de Louisiane.

Une très bonne saison en définitive, qui fait monter la série d’un cran au niveau qualitatif. Au fur et à mesure des épisodes, Ball s’affranchit du carcan des romans pour proposer sa vision de l’histoire, n’hésitant pas à prendre de sérieuses libertés avec le texte.

Ball, Alan. True Blood. Saison 2. 2009Ball, Alan. True Blood. Saison 2. 2009Ball, Alan. True Blood. Saison 2. 2009

3 réponses à Ball, Alan. True Blood. Saison 2. 2009

  1. Yuffie-chan dit :

    Je trouve cette saison 2 aussi plaisante à voir que la première !
    Les personnages personnages secondaires sont beaucoup plus développés que dans le livre.
    Une très bonne saison, avec une bonne intrigue.

  2. Melisende dit :

    Ce que j’aime particulièrement avec la série, c’est le développement des personnages secondaires (Sam entre autres) qui ne sont pas du tout exploités dans les livres. Alan Ball a su leur offrir une personnalité riche et surtout vraisemblable. Sans doute une des plus grandes forces de la série ! Et c’est bien connu, les rôles secondaires sont toujours très importants (je pense par exemple à Willow, Alex,… dans Buffy) ! ^^

    Meli

  3. Melmelie dit :

    Excellent volet également, même si les histoires de Ménade m’ont un peu ennuyée à vrai dire (et je n’accroche pas du tout au personnage de Tara). Mais quel plaisir renouvelé à chaque épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *