Nanatsuki, Kyoichi – Night Owl. The arms peddler, tome 4

Alors qu’il sont poursuivi par des chasseurs de primes avides de toucher la pactole en arrêtant Garami, cette dernière, Sana et Airi sont contraints de se réfugier au coeur d’une forêt de sinistre réputation. Ils découvrent rapidement que cette forêt est plongée dans les ténèbres par un sort puissant, contrôlé par une puissante vampire. Cette dernière a besoin d’un colporteur d’armes, car elle chercher à mettre la main sur une lame en argent pour détruire un rebelle qui menace l’équilibre précaire des lieux.

The arms peddler est une vraie bonne découverte manga, qui propose un univers post-apocalyptique à la forte ambiance western pouvant rappeler un Vampire Hunter D ou un Priest. Reste que la série édité par Ki-oon tient davantage niveau dynamisme du manwha coréen précité… le dessin en plus. Un univers franchement sombre, qu’on ne découvre que par petites touches successives, et qui semble avoir fait basculer le monde que nous connaissions dans un futur où le surnaturel est fortement présent. L’histoire étant centré autour de trois personnages principaux ayant chacun un passé tragique, et des motivations qui leur sont propres.

Ce quatrième tome est donc centré autour du statu quo que la comtesse Guillemin est parvenu à instaurer dans la forêt sur laquelle elle a jeté un sort. Mais c’est sans compter l’inimitié qu’elle a attiré sur elle, en tentant de faire respecter durement les conventions de son monde, qui empêchent humains et vampires de tisser d’autres relation que celle du bétail pour son maître.

Les vampires apparaissaient certes en toute fin du précédent opus, c’est ce 4e volet qui nous en apprend le plus sur eux. A commencer par leur capacité de ne plus être, dans l’enceinte de la forêt, contraint de se cacher la journée, la comtesse veillant à ce que la nuit ne cède pas la place au jour. Pour le reste, ce sont des créatures qui ont besoin de se nourrir de sang pour survivre, et dont le propre sang est capable de prolonger la longévité de leurs victimes, voire de les transformer. Certes semblent par ailleurs doués de pouvoirs comme celui de posséder à distance des animaux. Reste que la morsure de l’argent leur est fatale.

La série est une vraie réussite du genre, avec des intrigues qui se succèdent en dévoilant au passage la riche de l’univers. Le dessin n’est pas en reste, et constitue un des points forts de l’ensemble. Le prochain opus devrait logiquement conclure cet arc vampirique, qui devrait en sus nous apporter quelques révélations sur les motivations de Garami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *