Mead, Richelle. Vampire Academy, tome 2 : Morsure de glace

Les vacances de Noël ont débuté à Saint-Vladimir mais Rose n’a pas la tête à s’amuser. Une attaque strigoï a mis l’école sur alerte rouge et des gardiens viennent renforcer la sécurité. Cette année, le séjour au ski de l’Academy est obligatoire pour tous alors que la menace se rapproche. Pourtant, Rose et Lissa ne sont pas à l’abri du danger pour autant. Quand trois de leurs amis partent à l’assaut, Rose doit se lancer à leur secours. Mais l’héroïsme a un prix.

Après un premier tome que j’avais trouvé sympathique mais non exempt de certaines faiblesses, me voici donc face au second opus de la série jeunesse de Richelle Mead. Sans qu’il ne franchisse le fossé entre sympa et indispensable, j’ai tout de même trouvé ce deuxième volet mieux fichu que le second. Il se démarque notamment du côté déjà vu de certains aspects du premier tome (les côtés Harry Potter que j’avais relevé s’estompent au profit d’une intrigue plus dense dans laquelle l’école n’est plus au premier plan), en déplaçant notamment l’intrigue dans un autre lieu. Et alors que la menace strigoï n’était jusque-là qu’une épée de Damoclès lointaine, voilà que Richelle Mead la met au centre de l’intrigue. Un choix certes peu surprenant, mais qui va lui permettre de davantage mettre en scène les coutumes des dhampir et leurs relations avec les moroï.

La psychologie des personnages m’a semblé moins manichéenne que dans le premier tome, même si on peut déplorer que les bad guy ne semblent pas avoir d’autre ambition que celui de faire le mal, ni de véritable motivation sous-jacente (du moins pour le moment). Certains personnages qu’on aurait pu voir cantonner à des rôles figés vont ceci dit évoluer, et de nouveaux personnages vont faire leur apparition, complexifiant un peu plus les relations amoureuses de l’héroïne (la romance est en effet bien présente, avec ses petits côtés mièvre, mais elle ne plombe pas pour autant l’intrigue, à mon sens). Si la fin réserve son lot de noirceur et de violence (on peut même aller jusqu’à parler de gore), certains des rebondissements sont un peu simpliste. On se demande notamment comment l’idée que Rose suggère à Christian (j’essaie de ne pas spoiler pour ceux qui n’ont pas encore lu) ne lui est pas venue plus tôt, vu que nous, lecteurs, n’attendions que ça au vu de leur situation.

L’aspect vampirique est à nouveau au centre de ce second opus. On retrouve les trois races de vampires : les moroï, des vampires héréditaires qui possèdent des pouvoirs magiques, les dhampirs, leurs gardiens, et les strigoï, qui vivent en s’abreuvant du sang des moroï. On assistera notamment à une scène qui démontrera que la décapitation est une des manière de tuer un strgoï, même si ce n’est pas forcément la plus efficace. L’auteur revient également sur les Elements liés aux pouvoirs des moroï, à savoir l’Eau, l’Air, la Terre et le Feu, et sur l’Esprit, mal connu. Certains scènes permettront à l’auteur de montrer que la morsure des Moroï et des Strigoï à un effet addictif sur les victimes.

Un deuxième opus sympathique qui creuse davantage l’univers et ses possibilités, malgré quelques facilités au niveau des rebondissements. Je suis malgré tout curieux de voir ce que l’auteur nous réserve pour la suite, notamment concernant les motivations et ambitions des moroï.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *