Komeyama, Shiwo. Bloody cross, tome 2

Hinata a découvert l’emplacement de la clé qui permet d’activer le Grimoire des prophéties, tandis que Tsukimiya est parvenue à localiser l’ouvrage. Les deux sang-mêlé, qui ont à présent un stigmate commun, se retrouvent donc une fois de plus obligés de faire équipe… Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à la précieuse relique divine : le grimoire semble être l’enjeu d’une bataille entre un mystérieux ange déchu et une créature céleste du nom de Tsuzuki, qui prétendent tous deux être l’élu, l’être destiné à devenir le prochain dieu de la création !

J’avais trouvé beaucoup trop répétitif le premier opus, même si la fin laisser présager des rebondissements susceptibles de casser le schéma alliance / opposition qui s’était mis en place entre les deux protagonistes principaux. Ce deuxième tome s’éloigne par ailleurs pendant un certain temps du duo des deux hybrides, pour s’intéresser au duel que se livrent Tsuzuki, une créature divine, et un ange déchu, tous deux lancés dans la course pour devenir le prochain dieu. Une idée sur le fond pas inintéressante mais qui ne parvient pas vraiment à relancer l’intrigue, malgré des tentatives de rebondissements et l’introduction de nouveaux personnages tout au long du récit. Car force est d’avouer que la narration reste poussive, et qu’on peine à s’attacher aux personnages, malgré le mystère qui les entoure.

Le dessin est dans la droite ligné du premier opus. Un léger mieux est également à relever du côté de la lisibilité des combats, plus facile à suivre que dans le premier opus. Reste qu’on a parfois un peu de mal à distinguer les personnages les une des autres.

Niveau vampirique, on apprend en fin de compte peu de choses dans ce nouvel opus. Si une nouvelle hybride mi-ange mi-vampire apparaît au fil des pages, elle ne semble pas posséder de caractéristiques très différentes d’Hinata. A noter cependant la capacité des vampires de savoir si leur interlocuteur leur ment ou non en leur ponctionnant du sang. On assistera une nouvelle fois au pouvoir qu’ont les vampires d’utiliser le sang comme une arme, en lui faisant prendre des formes offensives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *