Kikuchu, Hideyuki – Takaki, Saiko. Vampire Hunter D, tome 6

Toujours à la recherche de son géniteur, D apprend par un certain Thornton que quelqu’un attend sa venue, de l’autre côté du désert. Contre toute attente, il se retrouve accompagné de Mamie Viper, une chercheuse de disparus qui doit convoyer une jeune fille libérée depuis peu du joug d’un Noble, et de deux frères décidés à damer le pion au chasseur de vampire. D, qui est récemment tombé sur le journal d’un homme qui n’était pas parvenu à traverser vivant ce désert, comprend rapidement que l’endroit n’est pas tout à fait naturel.

Une nouvelle fois, on retrouve le personnage de D, toujours obsédé par la recherche de son père naturel, ce Noble qui est à l’origine de son état de dhampire. Une fois de plus, il ne mènera pas cette aventure à bien seul, malgré ses difficultés à se sociabiliser. Il sera en effet accompagné d’une vieille femme dotée d’étrange pouvoirs, de l’ancienne victime d’un Noble et de deux outlaws. L’aventure recèle plusieurs temps forts, les protagonistes vont affronter des ennemis variés (et mystérieux) qui lèvent peu à peu le voile sur les dangers de ce désert. On découvrira également jusqu’à la fin les secrets des différents protagonistes, ce qui relance plusieurs fois l’intérêt de l’histoire.

Comme toujours avec cette série, l’ambiance est assez réussie. Le mélange de post-apo et de western qui fait l’originalité de D est une nouvelle fois bien utilisé, le tout sur des éléments fantastiques liés à une technologie complexe. Reste cependant que tous les retournements de situation ne sont pas convaincants, et qu’on voit parfois mal où veulent en venir les auteurs (même si les connaisseurs de l’univers de D savent déjà à quoi s’attendre).

Le dessin est de même tenue que pour les précédents opus. Le trait est fin et précis, mais manque parfois de clarté lors des scènes d’actions, qui sont moins lisibles.

Plusieurs éléments relatifs aux dhampires et vampires sont ici amenés. Notamment le fait que les dhampires perdent une partie de leur force la journée, même s’il peuvent toujours se déplacer. Ils sont également affectés par les symboles religieux comme les croix, et meurent si ils sont touchés en plein cœur. Ils sont également dotés de pouvoirs surnaturels différents d’un individu à l’autre.

Un sixième tome de même teneur que les précédents, avec ses points forts (l’univers, le mélange des genres) et ses faiblesses (certains rebondissements un peu trop faciles). Je continuerai de lire la série avec plaisir malgré tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *