Hanada, Ryo. Devilsline, tome 10

Tsukasa s’apprête à accéder aux dossiers d’ONL, alors qu’elle va prochainement se réorienter de manière à trouver un emploi. C’est a ce moment là qu’elle fait la connaissance de Kanama Shirase, une députée qui semble également une vampire. Quelques jours plus tard, Yûki se retrouve lui aussi à Obihiro, où se situe l’ONL. Il y a rendez-vous avec sa mère, qui va lui donner des clés pour comprendre sa naissance et sa place dans les activités du laboratoire. Le moment est-il peut-être venu pour le couple de se retrouver ?

Déjà le dixième tome pour cette série qui est publiée en France depuis octobre 2015. Cela fait plusieurs opus que la menace du CCC semble s’être éloignée, après le démantèlement du groupuscule anti-vampire. Tsukasa et Anzai ont décidé en parallèle de prendre un peu de distance, ce qui a permis à chacun de réfléchir à sa manière d’envisager la suite de leur relation. Tsukasa a surtout pensé aux possibilités pour eux de mener une vie normale, en cherchant des moyens pour qu’Anzai puisse aussi se reposer sur elle. Ce dernier, quant à lui, s’est surtout consacré à faire le tri dans ses désirs et ses sentiments.

On renoue quelque part avec certains des premiers volets de la série, quand les deux personnages se découvraient encore. Ici, ils vont décider tous deux de faire avancer d’un pas leur couple, et d’avoir des relations sexuelles. Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne cette tournure, mais se recentrer sur les deux personnages et leur envie de vivre est quelque part un choix logique, compte tenu de la menace, désormais plus lointaine, que représente le CCC. C’est aussi un tome plus introspectif sur le passé de Yûki, et les événements qui ont mené à sa naissance, notamment la relation entre sa mère chercheuse et son père vampire.

Énormément de choses ici pour l’amateur de vampire. On découvrira ainsi la manière dont fonctionne ONL, et quelques-unes des inventions que les scientifiques qui y travaillent ont créées à destination des buveurs de sang. Plus que ça, l’objet du laboratoire semble bien de permettre aux vampires et aux humains de vivre ensemble. On apprendra, de la bouche de la mère de Yuki, ce que sont réellement les hybrides, et un début d’explication sur ce qui peut déclencher (et stopper) la transformation.

Un dixième tome surprenant. Si subsiste encore les bribes d’une trame policière sous-jacente, c’est davantage sur le devenir du couple Yûki/Tsukasa que l’accent est ici mis, et les possibilités pour eux d’avoir une vie épanouie à deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *