Grenier Droesch, Françoise. Le piano maléfique

La Légende rencontre parfois la réalité. Leur bus arrêté dans un village-fantôme, les élèves d’une classe de CM2 se retrouvent enfermés dans le château du comte de Nerval. Nourris des repas les plus fabuleux, ils écoutent ce passionné de Chopin jouer du piano des heures durant. Quelles métamorphoses opèrent ces notes envoûtantes ? Grâce aux témoignages des enfants désormais réfugiés à l’hôpital de Brienne, l’inspecteur Herbert pénètre dans les Terres Rouges, domaine du pianiste maléfique qui pratique d’étranges expériences sur les êtres humains.

Après avoir disparu 3 jours, enfants, chauffeur et maîtresse réapparaissent comme par magie. Très amaigris, fatigués voir même vieillis… Les parents ne reconnaissent que difficilement leurs enfants. Comment en sont-ils arrivés là ? Herbert questionnera les enfants à l’hôpital pour comprendre ce qu’il s’est passé. Malheureusement tout ces témoignages sont très décousus, irréalistes. Ils prétendent avoir mangé de grandes quantités de bonbons, gâteaux, etc. alors que leur état de maigreur montre le contraire.

Ce comte nous parle à travers 5 monologues. Il nous présente ses états d’âme, ses désirs et projets ainsi que les capacités des vampires. Ces êtres qui ne se nourrissent pas que de sang mais aussi de l’âme des humains pour pouvoir rester jeune. Ils ne diffèrent pas beaucoup du mythe originel, ils ont la capacité de se transformer en chauve-souris ou bien de prendre l’apparence d’un autre être humain. Les vampires les plus anciens peuvent engendrer une descendance. Cette descendance sera complètement liée à lui physiquement et psychologiquement.

Cette histoire de piano maléfique utilisée par un passionné de musique nous inspire beaucoup avant la lecture. On se dit : «  voici une histoire de vampires qui change. ». Effectivement, le fond de l’histoire est original mais cela s’arrête là. Différent choix nous font perdre pieds plusieurs fois. Par exemple, le choix de la narration lors des interrogatoires de faire parler directement la personne à la 3ème personne. Que ce soit un enfant ou un adulte, le phrasé est le même et ça coince ! Même chose pour la façon de parler du vampire qui se veut très jeune et que l’on n’arrive pas à rendre crédible. Beaucoup de choses et de faits sont présentés sans entrer dans le détail. Même chose pour les personnages. Que ce soit l’inspecteur ou les personnages secondaires, ils ne nous sont pas présentés dans les détails. Du coup, on ne se projette pas dans l’histoire et les personnages ne nous emmènent pas dans leur monde. Et je ne vous parle pas des fautes d’orthographe, syntaxe, mise en forme, etc.

Comme vous l’aurez compris, l’histoire ne m’a complètement plu. Il reste comme une sensation d’être restée très loin de cette histoire, à aucun moment j’ai réussi à m’y accrocher. Certains personnages l’auraient bien mérités mais ils ne sont jamais soignés. De plus, certaines actions se succèdent sans aucun lien et de manière très floue. Une lecture qui ne me fut pas agréable voir difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *