Collectif, dirigé par Sophie Dabat. Bitlit! L’amour des vampires

Vampires, loups-garous, fantômes et sorcières ont toujours été présents parmi nous. Effrayants, envoûtants, fascinants, ils tremblent désormais devant les arbalètes et les pieux d’humaines vulnérables qui les pourchassent sans pitié… Sans pitié ? Pas si sûr, car bien souvent, l’amour se noue entre créatures surnaturelles et fragiles mortels. En quelques années à peine, la bit-lit a dépoussiéré l’image des vampires et rendu au féminisme les honneurs qui lui sont dus. Les femmes occupent aujourd’hui le devant de la scène tandis que les monstres frissonnent de peur et de désir pour elles… Plongez avec nous dans cette étude d’un genre qui a su réunir lecteurs et spectateurs de tous âges pour les faire frémir à l’unisson.

Les amateurs de littérature de genre, qu’ils soient spécifiquement intéressés par le mythe du vampire ou par la manière dont les auteurs actuels s’approprient les bestiaires fantastiques, n’ont pas pu passer à côté de la déferlante Bitlit. Connus surtout en France par les sorties d’éditeurs comme J’ai Lu, Milady/Bragelonne ou encore Orbit (ainsi que, depuis peu, des Editions Eclipse), il s’agit pour la plupart de séries qui offrent une place centrale à des personnages féminins forts, qui tentent de concilier leur vie de tous les jours (notamment amoureuse), avec leur profession, qui les amène bien souvent à affronter certains dangers ou créatures surnaturelles. Car dans la plupart des mondes de la Bitlit, la magie et les créatures en tout genre (vampires, loup-garous, démons, etc.) font parti de la réalité, que ce soit pour toute ou partie de la population.

Alors que l’appellation semble née en France (à ce sujet, je ne saurai que trop vous conseiller la lecture de l’article de Bouilloire à ce sujet : http://www.bouilloiremagique.net/?p=5351), il n’existait pas encore chez nous d’ouvrage passant au crible la Bitlit, sa filiation avec les littératures féminines et fantastiques, la manière dont elle traite ses personnages… Les Moutons Electriques proposent donc un ouvrage appelé à rapidement devenir indispensable aux amateurs du genre, qui veulent dépasser le cadre de leur lecture et comprendre ce que sous-tendent la plupart de ces séries.

Et si les différents intervenants n’ont pas le statut d’universitaire, l’ouvrage en question n’en est pas moins passionnant de bout en bout, ne laissant pas grand chose au hasard. Sophie Dabat (qui pose également pour une partie des photos ayant illustré l’ouvrage), Isabelle Ballester, Elisabeth Campos et Coralie David explorent autant l’histoire littéraire du genre (remontant jusqu’à Jane Austen et son Northanger, qui fait office, plus d’un siècle avant nous, de prototype du genre), et analysant la manière dont fantastique et romance sont imbriqués dans les différentes séries.

Les auteurs ont également choisi de ne pas se cantonner stricto-sensu à la littérature, mais aussi d’explorer les medium annexes, comme le jeu de rôle (une partie de l’ouvrage qui recèle de très intéressantes réflexions sur les relations entretenus entre la Bitlit et le jeu de rôle -et ce dans les deux sens-), la télévision et le cinéma ou encore le comics.

En plus de passer au crible les caractéristiques des différentes séries, que ce soit au niveau de la place des créatures fantastiques, de l’univers étendu ou de la place de la femme, les auteurs offrent à travers ce passionnant ouvrage pléthore de références pas encore arrivées jusqu’à nous, ce qui permet au lecteur d’avoir en bonus quelques pistes pour ses prochaines lectures (mais ce type de constat est assez récurrent chez les ouvrages de l’éditeur, notamment dans la collection qu’est La bibliothèque des miroirs).

Un ouvrage indispensable pour qui s’intéresse à ce phénomène éditorial qu’est la Bitlit, un phénomène qu’on peut difficilement dissocier du mythe du vampire tant les créatures aux dents longues sont récurrentes dans ces univers. Pour un premier ouvrage exhaustif sur le sujet, les auteurs posent là une véritable bible du genre, qui risque d’être très difficile à surpasser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *