Brewer, Heather. Les chroniques de Vlad Tod, tome 1

Au collège, être un vampire n’aide pas vraiment à se faire des amis… Vladimir Tod en fait l’expérience chaque jour. Le professeur principal l’a à l’œil, la fille de ses rêves préfère son meilleur ami, et à la cantine, on ne propose toujours pas de sang frais… Quand le seul professeur dont il se sent proche disparaît, Vladimir met tout en oeuvre pour élucider ce mystère. Mais c’est sans compter la menace qui pèse sur lui depuis la découverte d’un message troublant au dos de sa dissertation: « Je connais ton secret »

Ce premier tome de la série Vlad Tod inaugure une nouvelle série des plus sympathique. Sans pour autant révolutionner le genre, le roman de Heather Brewer est une habile incursion dans le genre Young Adult, moins axé sur la romance que ce à quoi on a été habitué ces derniers temps. Le style est simple et direct, de quoi rapidement se fondre dans l’ambiance, et découvrir aux côtés du héros ce qui se trame dans l’ombre. Car c’est un peu l’objectif de ce premier opus : partir du quotidien d’un jeune vampire qui ignore finalement tout des siens pour lever lentement le voile sur un univers qu’on devine tentaculaire.

Les personnages sont assez bien pensés, sans non plus disposer d’une psychologie véritablement approfondie. On en est pas moins en présence d’une galerie de personnages sympathiques, entre le principal un tantinet vicieux (Snyder, sort de ce corps !), la tante aimante qui a pris la relève des parents, le meilleur ami protecteur, le professeur mystérieux qui semble en savoir bien plus qu’il ne le dit, etc. Certes pas de rôles qui sortent vraiment de l’ordinaire, mais un ensemble cohérent, le tout embarqué dans une quête initiatique qui ne contient pas de temps morts.

On est ici en présence de vampires on ne peut plus classiques. Des buveurs de sang qui craignent la lumière du soleil (même peuvent sortir en journée s’ils se badigeonnent le corps de baume solaire), et possède certains pouvoirs, comme celui de flotter dans les airs ou de lire dans les esprits des humains. En filigrane, on découvre l’existence d’un vrai peuple vampirique, avec sa langue, son folklore et ses légendes, avec à sa tête un Conseil chargé de faire respecter les lois. Vlad a pour différence d’être un né-vampire, ce que les siens nomment Pravus.

Un premier tome intriguant, qui pose les bases d’un univers jeunesse qui ne révolutionne absolument pas le genre mais propose un sympathique moment de lecture. Les bases sont jetés pour une série qui devrait prendre de l’ampleur, notamment pour ce qui concerne l’univers vampirique, dans les prochains tomes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *