Brassac, Esther. La nuit des cœurs froids

Dans un Glasgow du siècle dernier, Harald le vampire est confronté à un problème de taille… Lui qui se nourrit de l’essence des morts voit ces derniers vidés de cette manne. En effet, leurs organes principaux se transforment en métal ! Harald va se lancer dans une enquête longue et risquée pour tenter de découvrir ce qui se cache derrière cette étrange magie.

Harald est donc un vampire psychique, c’est-à-dire qu’il ne se nourrit plus de sang mais de l’essence psychique des personnes décédées. Il menait une existence tranquille jusqu’ à maintenant, dans un Glasgow peuplé de loups-garous, de fées, d’elfes. Les humains ne se doutent pas qu’un vampire habite si près d’eux et Harald pense être le dernier de son espèce.

Mais une vague de crimes s’abat sur la ville et de plus en plus de morts s’entassent dans le cimetière pour le plus grand bonheur d’Harald. Une joie de courte durée car les morts sont vidés de leur substance. Pendant ce temps, Antoine, un jeune homme qui veut voir du pays, visite un château où il fait la connaissance d’un personnage historique incroyable : Nicolas Flamel. Ce dernier lui avoue qu’il voyage à travers le temps à cause d’autres sorciers qui semblent préparer un mauvais coup. Quant au commissaire Pétrovitch, chargé de l’affaire, il va découvrir le monde obscur qui entoure sa bonne vieille ville.

On découvre donc un univers de fantasy et de steampunk bien réalisé et une enquête policière avec un bon suspense à la clé. L’action se déroule dans une Angleterre peuplée d’hommes normaux qui cohabitent du mieux possible avec des créatures improbables telles que loup-garou, lutins, elfes… Mais ceux qui semblent à l’origine des « suicides » des humains ne sont peut-être pas ceux que l’on pense.

Le héros principal est un vampire, Harald, qui vit depuis longtemps dans une relative tranquillité. Âgé de sept cents quatre-vingt-huit ans, c’est le fruit d’un viol commis par un Strigoï, un vampire roumain aux appétits charnels insatiables. Sa mère ne le supportant plus, il s’est enfuit très jeune et a découvert le vaste monde par lui-même. Prêt à se suicider, il a reçu une aide précieuse de Baraufrond, le chef de meute des Karmonstraques. Ces derniers sont des créatures très anciennes et se déplacent en meute. Harald n’a donc pas besoin de sang pour vivre mais d’énergie psychique. Il est cependant sensible au jour et préfère de loin la lune.

Bref, un récit écrit d’une plume élégante et pleine de fantaisie ! On est séduit par le charisme des personnages et l’originalité de l’intrigue. Un ouvrage de fantasy steampunk indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *