Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines

Dans ce jeu, on retrouve l’univers de Vampire : la Mascarade et sa société hiérarchisée en races mais aussi en sectes comme les sauvages membres du Sabbat ou les aristos de la Camarilla, les premiers anti-Mascarade et les seconds en faveur de cette loi qui oblige les vampires à cacher leur vraie nature.

Le début de l’aventure se rapproche fortement du jeu de rôle, notamment lorsqu’il s’agit de remplir sa fiche personnage : on définit d’abord parmi sept races puis les attributs de celui-ci. Quelques uns sont plus spéciaux que d’autres : les Malvakiens sont schizophrènes et peuvent parler aux objets, ils ont ainsi beaucoup de lignes de dialogues inédites, les Nosferatus aussi, les plus inhumains, ne peuvent se déplacer au grand jour et doivent emprunter les égouts ou s’agenouiller dans les zones d’ombres pour progresser). Je vous conseille pour commencer un personnage plus humain type Ventrue ou Toréador, l’idéal étant bien sûr de finir le jeu avec tous les personnages. A noter qu’ils sont disponibles en femme ou en homme et que leur apparence change en fonction des vêtements achetés et/ou customisables si vous installez les patchs nécessaires.

Une fois le personnage validé, vous avez accès à une cinématique où vous voyez votre personnage folâtrer gentiment avec un membre du genre opposé quand tout à coup, ce dernier vous mord et vous transforme. Quelques temps après débarquent les gros bras du Prince de Los Angeles, Sebastian LaCroix, ici pour vous juger, vous et votre Sire qui vient d’enfreindre la Mascarade. Vous assistez alors à l’exécution dramatique de votre Sire, mais, retournement de situation : votre vie est sauve grâce à l’intervention miraculeuse de Nines Rodriguez (porte-parole de la communauté Anarch). Mais LaCroix n’en a pas fini avec vous et vous devrez accomplir ses basses œuvres et réussir toutes les quêtes qu’il vous confiera si vous tenez à votre non-vie.

Le jeu se situe à Los Angeles, au fur à mesure de la progression on peut accéder à quatre quartiers différents : tout d’abord Santa Monica (sa plage, ses égouts, sa banque de sang…), Downtown (le quartier chic avec ses sièges sociaux, ses boîtes de nuit et ses hôtels de luxe), Hollywood (Entre son cimetière tenu par un gardien appelé Romero, ses sex-shop, et son vieux théâtre chinois délabré, c’est sûrement l’endroit le divertissant que le personnage est amené à traverser), et enfin China Town, peuplé de vampires à part : les Kuei-Jin, dotés de pouvoirs redoutables. Plusieurs fois dans le jeu, cependant, le personnage aura des quêtes exceptionnelles et l’occasion d’aller se balader dans des lieux fermés en temps normal. Celle du manoir hanté, au tout début du jeu, construite en référence au Shining de Stephen King est assez exceptionnelle, frayeurs garanties.

Scénaristiquement le jeu détonne, les visuels sont aussi de grande qualité et si l’on effectue toutes les quêtes parallèles, on peut compter sur une centaine d’heures de jeu. A noter aussi la bande-son soignée, notamment lorsque le héros visite le club de l’inénarrable Jeannette, l’Asylum, dont la chanson Isolated de Chiasm semble être l’hymne.

Seul gros problème : les bugs omniprésents. Le jeu est quasiment impossible à manier si l’on n’a pas installé les patch officiels, quelques uns ici : http://www.jeuxvideo.fr/jeux/vampire-the-masquerade-bloodlines/patch.html

Mais aussi les patch non-officiels, la plupart là : http://www.vampire-network.net/

(Liens en français)

Car des fans très dévoués du jeu ont continué et continuent à développer le jeu, résoudre des bugs et même rajouter des missions. Bien sûr, tout ceci est en anglais, mais cela vaut le coup de chercher.

Ces bugs ont finalement permis au jeu de se faire connaître puisque, commercialisé au prix ridicule de 4€ dans des grandes chaînes culturelles, il est devenu accessible à un public très large.

Un jeu vampirique à côté duquel il ne faut pas passer.

Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines
Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines
Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines
Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines
Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines
Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines

3 réponses à Troïka. Vampire, La Mascarade : Bloodlines

  1. Haven dit :

    Je tenais juste à dire que ce jeu n’est pas le premier " Vampire la Mascarade" mais le deuxième.
    Le premier s’appelle " Vampire la Mascarade : Rédemption " paru en 2000.

    http://www.jeuxvideo.com/article...

    Voilà merci et bonne continuation !

  2. Vladkergan dit :

    Merci pour ce point de détail, même si Heights n’a jamais prétendu, dans sa chronique, que Bloodlines était le premier jeu à se pencher sur la licence de White Wolf. Il faudrait, un de ces jours, que je prenne le temps de me re-pencher sur Rédemption pour en proposer une chronique par ici, d’autant que j’ai encore ma version originale de ce premier jeu (très sympa même si le niveau de difficulté était abusif, à tel point que le patch s’avère nécessaire pour passer le premier boss de changement d’époques). Un très bon moment de jeu malgré tout.

  3. Haven dit :

    Oui, effectivement je me suis trompé en disant "premier", je voulais dire "seul".
    Et Rédemption est, je trouve, de loin meilleur que Bloodlines grâce à une très bonne histoire qui commence au Moyen Age pour finir en l’an 2000.
    Personnellement je n’est pas trouvé le jeu avec une difficulté abusive,même si le boss de fin est quand même très difficile à tuer, il faut surtout une bonne organisation.

    Ce jeu est également très proche du jeu plateau : Requiem.

    Il existe aussi une série de jeux d’aventure nommée " Dracula " mais je n’y ai jamais joué
    http://www.jeuxvideo.com/jeux/pc...

    Et enfin je tiens à dire pour les fans de jeux vidéo et de vampires que prochainement, en 2012, devrait sortir un MMO nommé " World of Darkness " où l’on pourra contrôler un vampire, un loup-garou, un humain et autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *