Gregg, David. Nightfall

Le Nightfall a désormais plongé l’humanité dans les ténèbres. La lumière du jour a en effet quitté la Terre à jamais, laissant toute latitude aux créatures de la nuit de sortir de l’ombre et d’assurer leur main-mise sur la planète. Armés d’escouades de vampires, loups-garous, goules et chasseurs humains recrutées au fil des tours, les joueurs vont devoir assurer leur suprématie sur celle des autres prétendants et se montrer les plus efficaces pour devenir les nouveaux maîtres du monde.

J’attendais la sortie de ce titre depuis plusieurs mois maintenant, et après plusieurs parties dans de nombreuses configuration (deux joueurs, trois joueurs et quatre joueurs), je suis enfin en mesure d’en proposer une chronique. Le système s’apparente à celui des jeux de construction de deck comme Dominion ou Thunderstone. Chaque joueur constitue, au fil des tours, son paquet de cartes, en achetant parmi les créatures et sorts qu’il a dans sa réserve, ou parmi ceux qui ont été sélectionnés dans la réserve commune.

Si chacun commence ainsi avec 10 cartes identiques, la donne change au fil des tours, les cartes de base étant peu à peu remplacées par celles qu’aura acheté le joueur. A noter que, si on est bien sur un jeu d’affrontement direct entre les joueurs (donc à l’opposé d’un Dominion), on est très loin d’un Magic dans le sens où les deck se constituent au fil de chacune des parties, les joueurs partant du deck de base au début du premier tour.

La deuxième spécificité du jeu à trait à la notion d’enchaînement. Chaque carte indique 2 ou 3 lunes de couleurs, qui permettent de jouer des combos, par correspondance de couleur. Sachant que les joueurs peuvent surenchérir, toujours en respectant ces même couleurs, la résolution des effets des différentes cartes s’effectuant en remontant du dernier joueur qui aura joué jusqu’au joueur dont c’est effectivement le tour. Un bon moyen de refréner l’ardeur de ce même joueur, ou de se protéger en vue des prochains tours.

L’objectif final est en effet de lancer à chaque tour ses hordes de créatures à l’assaut des autres joueurs, et de peu à peu les faire engranger des points de blessure, la partie s’arrêtant une fois que la pile de point de blessure (qui fluctue en fonction du nombre de joueurs) est épuisée. Si le jeu est tout à fait jouable à partir de deux, il prend davantage d’intérêt à partir de 3 (voire 4 joueurs), les combos et enchaînements se multipliant alors (et la difficulté de bien penser son deck vis à vis des joueurs précédents / suivants également).

Le thème est malheureusement une des faiblesses du jeu, au moins dans sa boîte de base. Car si les cartes figurent bien des vampires, garous et autres humains prêts à en découdre, le thème n’a que très peu de résonance dans la partie, voire dans le système de jeu. Ce qui donne l’impression d’un thème mal ajusté au jeu. Les futurs extensions corrigeront peut-être cela, en apportant aux créatures et sorts des capacités plus proche des créatures que le joueur est censé manipuler. Dommage également d’avoir, pour chacun des joueurs, un deck mélangeant les trois factions, plutôt que de proposer des règles permettant de jouer de disposer de deck purs (ce qui aurait pu permettre une présence accrue du thème), voire de pouvoir disposer de sorts dédiés à certaines espèces.

Nightfall prend place dans un monde où la nuit s’est abattue, permettant notamment aux vampires de sortir en permanence. Il s’agit de créatures avides de sang, bien plus proche de celles d’Underworld que des vampires de Bram Stoker. Armés de leurs canines acérés, ils déchirent leurs victimes pour s’abreuver de leur sang. Ils sont enfin très résistants et d’une force physique peu commune.

En dépit d’une utilisation quasi inexistence du thème de fond (qui est davantage mis en lumière dans le background des règles que dans la partie), Nightfall est un très bon jeu de deck pour ceux qui veulent en découdre. Un jeu permettant des combos efficaces, et la mise en place de stratégie, passé quelques parties pour commencer à connaître les spécificités de chacune des cartes et les manières de les combiner.

2 réponses à Gregg, David. Nightfall

  1. Jean Sé dit :

    Je viens de m’acheter Nightfall (VF) et ses 3 extensions (VO) . Existe-t-il des versions françasies des règles des extensions ?

    Merci

  2. Vladkergan dit :

    Bonjour,

    A priori il n’y a pas de traduction des règles des extensions disponible sur Tric Trac. Par contre, sur sa page Facebook, Iello donne des informations quant à la traduction de ces extensions (le message date de fin mars 2012) :

    Bonjour, nous venons tout juste de lancer la production de Martial Law. Elle devrait arriver en Europe à la mi-juin, donc en magasin pendant l’été. Blood Country va suivre en Octobre / Novembre 2012 (en fonction des autres parutions).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *