Cradle of Filth. Cruelty and the Beast

Cradle of Filth. Cruelty and the BeastTroisième album de Cradle of Filth, Cruelty and the Beast (1998) est également le deuxième album que la bande à Dani Filth consacre à la comtesse Bathory (après Dusk… and Her Embrace). C’est aussi avec cet album que le groupe va enfoncer le clou après le tournant musical représenté par l’album précédent, qui engageait le groupe sur un mélange de heavy metal, de black metal et de metal symphonique à cette époque assez novateur (comparativement aux productions black metal de l’époque, dans lesquelles l’apport de clavier restait assez rare).

L’album intègre également de nombreuses voix off (dominées par la présence d’Ingrid Pitt, actrice Hammer Films bien connue pour avoir joué le rôle de la comtesse dans Comtesse Dracula de Peter Sasdy) et le deuxième CD met en valeur deux reprises : « Black Metal » de Venom et « Hallowed Be Thy Name » d’Iron Maiden. Sachant que Venom s’est fait connaître par le titre « Countess Bathory», et que la chanson de Maiden raconte les derniers instants d’un condamné à mort. La cohérence avec la thématique du premier CD est donc assurée jusque dans les bonus de l’album.

Mais revenons au premier CD, qui constitue l’essentiel de l’album, et déroule en dix titres une musique influencée par les légendes rattachées à Erszebeth Bathory (jusque dans la jaquette, qui fait allusion aux bains de sang associés à la mythologie du personnage), et pas à sa réalité historique. Cradle of Filth choisit en effet d’explorer le personnage dans toute sa noirceur : usage de la sorcellerie, sexualité déviante, allégeance au démon, refus de la chrétienté, etc. Le tout avec une ambiance gothique appuyée autant par la musique (et le recours à des claviers réverbérés) que par des allusions au château où se déroule la majeure partie de l’intrigue.

Si la production n’est pas parfaite (on lui a reproché notamment le traitement infligé à la batterie), force est de constater que l’ensemble n’a pas forcément vieilli. Conjuguant furie et rapidité (structuré autour d’une batterie à la double pédale pour le moins véloce) avec recours aux synthétiseurs (davantage que par le passé) et aux chœurs féminins (Sarah Jezabel Deva), l’enchaînement des titres s’avère redoutable, la musique faisant corps avec le texte (comme sur « Cruelty Brought Thee Orchids » où la batterie semble faire écho aux chevauchées de la comtesse). Enchaînements et mise en ambiance n’empêchent cependant pas certains titres de se détacher du lot. En plus du morceau sus-cité, comment passer à côté de «Bathory Aria», impressionnante pièce musicale de quelques onze minutes riche en changements de rythme et de ton (à commencer par la voix de Dani Filth, qui y passe plusieurs fois d’un chant suraigu à une voix grave davantage typée Death Metal).

Dusk est sans hésitation mon album préféré du groupe, à mon sens nettement plus diversifié et mieux produit que son prédécesseur (qui ne manque pas d’intérêt pour autant). Le groupe prend le thème de la comtesse de sang à bras-le-corps, et en termine pour un temps avec son intérêt pour le thème du vampire (ils y reviendront plus tard via le personnage de Lilith) par un concept album diablement efficace, qui suinte la noirceur, tout en restant très mélodique. Devenu depuis un jalon (et décrié par une bonne partie du milieu qui reproche à Cradle son utilisation du clavier et son côté mélodique), Dusk and Her Embrace fait partie de ces albums à côté desquels l’amateur de metal qui s’intéresse aux vampires peut difficilement passer.

Listes des titres

CD1
1. Once Upon Atrocity 1:46
2. Thirteen Autumns and a Widow 7:14
3. Cruelty Brought Thee Orchids 7:16
4. Beneath the Howling Stars 7:37
5. Venus in Fear 2:20
6. Desire in Violent Overture 4:17
7. The Twisted Nails of Faith 6:50
8. Bathory Aria 11:00
9. Portrait of the Dead Countess 2:54
10. Lustmord and Wargasm (The Lick of Carnivorous Winds) 7:32

CD2
1. Lustmord and Wargasm (Relicking of Carnivorous Winds)
2. Black metal (Venom cover)
3. Hallowed Be Thy Name (Iron Maiden cover)
4. Sodomy & lust (Sodom cover)
5. Twisting further nails (Crucifixtion mix)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *