Williams, Kent – De Matteis (J.M.). Blood. Livre 1 : Uroborous

Une jeune fille exhalant l’odeur de la mort narre un bien étrange conte à un roi mourant.

Recueilli alors que son couffin l’emportait au gré du fleuve, un jeune bambin est élevé jusqu’aux prémices de son adolescence par un couple de femmes. Mais la plus vieille d’entre elle finit par le conduire au monastère où, selon elle, il a davantage sa place qu’à leurs côtés.

Va commencer alors l’éducation religieuse du jeune homme, entre l’étude des écritures et la solitude de sa cellule d’aspirant moine, aucune question n’étant permis au monastère. Jusqu’au jour où il tombe sur une scène qui va remettre en cause toute son éducation : les écritures auxquelles on lui a fait croire sont de la main du frère supérieur…

Premier tome de cette inclassable série du duo DeMatteis/Williams qui nous offrent ici un album à la fois initiatique et fantastique de très haut niveau.

Visuellement c’est impressionnant. Cet album est à milles lieues de ce que j’ai pu lire jusque là. Le dessin s’apparente plus à un mélange de crayonnés et d’aquarelles du plus bel effet, conférant une atmosphère onirique à ce premier opus. Le découpage est cependant très lisible et permet sans mal de suivre le fil de cet album.

Le scénario est très mystérieux et onirique pour le moment. Les personnages s’apparentent plus à des concepts qu’à de réels protagonistes, les informations que nous pouvons apprendre sur eux étant davantage tourné vers leur relation avec le personnage central que vers de réelles informations sur qui ils sont. Aucun prénom n’apparaît dans cet album, sinon des noms comme « Frère », « L’enfant », »L’homme », »La femme », « Nabot », »Les vampires », le seul personnage auquel il est conféré un nom (et encore pas dès le début) étant le personnage central. Toute l’intrigue est donc tourné vers ce personnage principal, engagé depuis sa naissance dans la quête de ses origines et du pourquoi de sa venue en ce monde.

Le vampirisme tel qu’il est abordé ici est sommes toute classique (l’échange de sang pour donner le don ténébreux, le besoin de se sustenter, la peur de la lumière, etc.), mais l’intérêt vampirique de cet ouvrage réside dans son récit : l’histoire d’un homme devenu vampire qui cherche sa place dans le monde où il vit.

Mystérieux, onirique et initiatique, ce premier volume est un très bel album, autant sur le plan visuel que sur le plan narratif, et une vision originale de la quête des origines, le tout sur fond de vampirisme. Sulfureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *