Tischman, David – Huehner, Mariah – Messina, David. True Blood, tome 1

Bar de Sam Merlotte, à Bon Temps. L’orage gronde derrière les vitres, trop fort pour être tout à fait naturel. Sookie et les habitués des lieux, auxquels se joint bientôt Eric Northman, le shérif de la zone, vont bientôt comprendre qu’ils ont été piégés par une créature revancharde. Une créature qui qui se nourrit de leurs émotions… et promet de les tuer un par un si sa faim n’est pas assouvie. Pour survivre, ils devront lui livrer leurs secrets les plus honteux. Sookie, Eric, Tara, Sam, Jason, Lafayette et Bill vont donc tour à tour se confronter à l’assemblée pour exhumer de leurs mémoires leurs souvenirs les plus lourds à porter…

Ce premier tome de la série comics True Blood propose au lecteur de retrouver les principaux personnages de la série assemblés dans un lieu emblématique : Le Merlotte. Sans pour autant spoiler les choses, on peut situer cet arc à la fin de la saison 2, mais certaines histoires me semblent problématiques, notamment car elles semblent montrer que les caractéristiques de certains personnages sont connus de tous. Pour le reste, cette histoire nous permet de découvrir plus en avant les secrets de certains des personnages, et explicitent davantage leur psychologie, comment ils en sont arrivés à ce qu’on connaît. Cela ne manque pas d’intérêt, mais le ton est un poil trop gentillet vis à vis de la série TV, les choses m’ont semblées bien plus lissées et proprettes.

Le dessin ne brille pas franchement par son originalité. Si j’apprécie qu’on ne soit pas dans l’optique sur-informatisée d’un Anita Blake, le trait n’est quand même pas super original, même s’il parvient assez bien à donner vie sur papier aux personnages, qui sont pour le moins ressemblant. Reste que mis à part dans les différents flashback; ou la colorisation et la mise en scène est plus réussie, le dessin manque globalement de dynamisme et d’homogénéité.

On apprends finalement pas grand chose de neuf au niveau des vampires de la série, sinon que l’Inquisition a représenté une lourde menace à une époque de leur existence. On comprends également que les vampires présents au Merlotte aspire à retourner dans leur antre avant que le jour ne se lève, pour ne pas voir leur dernier coucher de soleil. Plusieurs passages vont également mettre en scène la difficulté pour les vampires de résister à la soif de sang, surtout s’ils sont affaiblis.

Un premier opus pas foncièrement mauvais, mais qui n’apporte pas grand chose de neuf à se mettre sous la dent. Le dessin manque qui plus est d’homogénéité, ce qui ne permet pas au dessin de d’apporter un complément d’intérêt à ce premier tome. Le pitch du second tome, qui semble mettre en scène un trafic de V-Juice, me semble bien plus attirant, et devrait offrir une intrigue plus rythmé que celle-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *