Smith-Ready, Jeri. Le sang du rock, tome 1. Wicked Game

La musique est le reflet particulier de son époque. Elle porte en elle les rêves, les révoltes et les événements de son temps. Un vampire traverse les siècles et on a coutume de le voir évoluer avec chaque époque qu’il traverse. Le point de vue de l’auteur du Sang du Rock, prend le contre-pied de la théorie de l’évolution et nous offre des vampires atypiques, attachés à la musique et rattachés par elle à leur époque.

C’est au travers du regard de Ciara, une étudiante pas tout à fait honnête, passée maîtresse dans l’art de l’arnaque et qui se doit de travailler pour finir ses études, que l’on découvre les vampires de Jeri Smith-Ready.  Ses compétences vont être très appréciées dans la station de radio où elle est embauchée puisque celle-ci est sur le point d’être rachetée par un gros groupe qui lui ôtera sa singularité.

Cette singularité , c’est la nature des DJ de la station. N’émettant en direct qu’à la nuit tombée, cette radio est animée par des vampires qui maîtrisent leur sujet musical sur le bout des doigts. Tous fondus de Rock, ils présentent aux auditeurs les différentes époques du Rock, du Rock and Roll au Métal, en passant par l’Alternatif ou le Hard.

Si le style est sans prétentions, il n’en reste pas moins accrocheur. Sans fioritures, il se laisse lire et conduit le lecteur vers une lecture musicale du vampirisme plutôt sympa et bien élaborée.

Ciara, elle, est assez attachante. Elle présente les caractéristiques typiques de l’arnaqueuse, un pragmatisme exacerbé qui pourtant va finir par s’adoucir au contact de ces héros aux dents longues qu’elle découvre en même temps que nous. C’est en effet à travers les yeux de cette jeune femme qu’on découvre la nature des DJ et leurs particularités. Elle va tout faire pour sauver la station de radio, dans un combat qu’elle trouve plus excitant que nécessaire au départ.

Très vite le vampirisme des DJ lui est révélé, non par hasard comme c’est souvent le cas mais à dessein. C’est déjà une différence notable et  rafraîchissante. Shane, le plus jeune vampire de la bande va d’ailleurs lui offrir la primeur d’un baiser à crocs qui compromettra leur relation naissante. Pourtant, Ciara est attendrie par ces DJ d’un autre temps qui mettent en avant une musique qui déchire et qui plaît, quelle que soit l’époque dont elle est issue.

Le sang du Rock est un concept novateur puisqu’il consiste à mettre en avant la nature vampirique des DJ dans un coup marketing à grande échelle. Bien entendu, les auditeurs pensent que les DJ jouent le rôle de vampires et qu’ils sont particulièrement doués pour le job. Dans notre monde où la jeunesse se pique d’ésotérisme, se passionne pour le phénomènes paranormaux et trouve fascinantes les créatures dangereuses, la mayonnaise prend illico !

Si l’aspect musical du livre est passionnant, les personnages sont un peu moins développés
Sur les 6 DJ de la station, qui deviennent bien vite des « proches » de Ciara, je n’en situe vraiment que 2. Les autres restent dans le flou artistique. Il est à espérer que leurs personnalités seront un peu développées dans les tomes suivants car c’est une figuration très relative que leur passage dans les lignes du livre.

Pour autant, l’histoire est captivante et appréciable car elle sort des sentiers battus. Alors que les vampires sont par essence immortels dans notre conception, on les découvre figés dans leur époque de conversion et prompts à faner avec le temps, d’autant qu’ils ne sont visiblement que très peu capables d’assimiler les changements. L’eau bénite les brûle de manière irrémédiable ou presque et un pieu dans le cœur les annihile d’une manière atroce, les aspirant vers le néant.

Hermétiques au progrès, à l’évolution de la société, ils sont capables de décrire leur époque avec un luxe de détails mais certains sont incapables de se servir d’un téléphone portable !

C’est un roman particulièrement bien agréable que ce Sang du Rock tome 1. Les personnages manquent un peu de profondeur et les situations sont parfois un rien télescopées, mais il en résulte néanmoins une lecture agréable, avec de nombreuses pointes d’humour et une BO vraiment tentante.

Les noms des chapitres forment une play-list que je vous conseille d’écouter en lisant, cela donne le rythme du livre ! Il est à souhaiter que le tome 2 garde le rythme et l’humour mais distille un peu plus de personnalités chez les personnages secondaires afin que l’on situe mieux les différents protagonistes. Cela dit, cet opus peut se lire à lui seul, on ne reste pas sur notre faim puisqu’il y a une réelle fin et l’on se doute donc que ce sera une toute nouvelle aventure qui sera abordée dans ce tome 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *