Schilli, Virginia. Par le sang du démon

Dans sa sombre masure, au coeur du Moyen-Âge, une jeune fille attire les convoitises par sa sublime beauté. Amoureuse en secret de son frère adoptif, amie d’un étrange occultiste vivant à l’écart du village, elle semble prête à tout pour sortir de sa misérable condition de paysanne.

Le destin lui offre l’occasion de croiser le fils du puissant seigneur Sorsele, mais cette rencontre ne se déroule pas sous les meilleurs auspices : violentée, battue, elle se retrouve prisonnière dans les geôles du château. C’est alors qu’un être mystérieux apparaît et lui offre sa revanche… Mais le prix à payer l’emmènera bien au-delà de la mort, sur les terres d’une souffrance inconnue et implacable.

Les éditions Nuit d’Avril semblent avoir fait du thème vampirique l’un des axes fort de leurs publications. Ce premier roman de Virginia Schilli nous entraîne en effet dans une intrigue fantastique plutôt alléchante, au cœur d’un moyen âge sombre et cruel. L’ensemble se tient, bénéficie d’une mise en place plutôt sympathique, et d’une mise en scène du vampirisme originale, mais l’ensemble est par trop frappé du sceau de certains auteurs vampiriques actuels. Néanmoins tout cela se laisse plutôt lire, à espérer que la suite se démarquera plus de la production vampirique de ces dernières années, et que le style de l’auteur s’affinera. A noter que cette édition semble déjà avoir bénéficié d’un certain remaniement de l’auteur, preuve de son envie de faire progresser son style.

Les vampires de cet opus ont quelque chose de profondément originaux. Le personnage principal, transformé en buveur de sang dans les geôles d’un donjon, va découvrir au bout de quelques jours que s’il tue ses victimes, son esprit migre dès lors dans le corps de sa victime. Pour le reste, les vampires mis en scène ici semblent craindre comme de coutume la morsure du soleil, cependant les symboles religieux ne semblent pas les effrayer outre mesure.

En bref, ce premier opus possède certains éléments originaux qui en font l’intérêt principal. Nul doute que l’auteur, dont c’est là la première publication, saura démarquer peu à peu son style de celui de ses aînés.

2 réponses à Schilli, Virginia. Par le sang du démon

  1. Sin dit :

    J’ai tout simplement adoré ce livre. Tout d’abord, parce qu’il m’est littéralement tombé dans les mains en librairies, perché sur une étagère trop haute, ensuite parce que j’ai découvert une autre facette des vampires que j’ai trouvé passionnante. Les détails parfois crus de ce récit, la plume fine de l’auteur, font du livre "Par le sang du démon" une perle, selon moi. Le second livre de cette saga, "Délivre-nous du mal", est tout aussi intéressant que le premier. Un livre à conseiller selon moi.

  2. Skelarh dit :

    N’ayant pas lu le premier, mais étant tombé par hasard sur le second, je m’y suis quand même attaqué ^^. Franchement, le livre est plutôt bon et se laisse lire facilement mais le style de l’auteur devient vite lourd, jamais vu autant de répétition du mot "nonobstant". Les scènes sont plus violentes les unes que les autres.

    Pour ma part, je ne le conseillerai pas (enfin pas en neuf) même si le vampire à une place différente et semble tiraillé entre sa faim et son humanité. (encore que bon, Anders, tue, pas content de lui, s’en fou et re tue pendant une bonne partie de la lecture). La culture vampirique regorgeant de livre (encore plus maintenant avec cette "mode"), mon choix de conseils se porterait sur d’autres ouvrages 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *