Rezag, Marie-Ange. Le baiser des ténèbres

Gantaka succède au trône des vampires à la mort de son père « le prince des ténèbres ». Il poursuit sa quête, possédé par un seul désir : retrouver l’assassin de ses parents. Pour ce faire, il lui faudra séduire Félina, la fille de son ennemi. Son but est de se servir d’elle pour atteindre le grand sorcier et mettre en oeuvre sa vengeance qui sera à la hauteur de l’exécution de ses parents.

C’est alors que Félina s’éprend de lui, ignorant sa vraie personnalité et surtout son objectif. Le sort va lier l’existence d’un homme et d’une femme que tout sépare. Un drame familial captivant et plein de rebondissements qui saura vous tenir en haleine jusqu’à la dernière page.

Un joli conte mêlant vampirisme et sorcellerie, voilà ce que nous propose Marie-Ange Rezag avec ce premier roman. Alors que j’avais cru déceler dans les premières pages de ce roman un léger goût de fan-fiction, cette impression s’est rapidement estompée au fil de pages, notamment à travers le style simple mais efficace de l’auteur. Peu à peu, elle bâtit en effet un univers aussi cohérent que poétique, qui, s’il n’est pas emprunt d’une certaine naïveté, n’en reste pas moins franchement rafraîchissant.

C’est très agréable de tomber de temps à autres sur ce genre d’œuvres légères mais qui respirent la passion de l’écriture de bout en bout. L’histoire nous plonge ainsi au cœur d’une sombre vengeance familiale, qui va voit une jeune sorcière découvrir le secret de ses origines en même temps qu’un premier émois amoureux qui va vite se transformer en passion dévorante…

Le mythe du vampires tel qu’abordé ici nous met en présence de différents clans vampiriques, régis chacun par un prince, auquel les vampires doivent respect et allégeance. Les vampires possèdent de nombreux capacités, parmi lesquelles celle de voler, et aptitudes à la magie. Ils ne peuvent se mouvoir que la nuit venue, mis à part Gantaka, qui est clairement un dhampire (même si le mot n’est jamais utilisé). Ils peuvent craindre les symboles religieux, mais cette crainte n’est pas obligatoire. Par ailleurs, ils n’ont pas de reflet dans les miroirs.

Un premier roman léger et pour le moins bien écrit, qui nous présente une histoire tenant aussi bien de la magie d’Harry Potter que du conte de fée. Une lecture des plus agréable qui introduit au monde de l’édition un auteur aussi passionné que prometteur.

Le blog de l’auteur : http://pouxie.blog.mongenie.com/
Acheter le livre sur Edilivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *