Mochizuki, Jun. Les mémoires de Vanitas, tome 4

Vanitas et Noé avancent au coeur du repaire du repaire de l’Escouade Anti-Vampire. Roland Fortis, un des officiers chasseurs, comprend rapidement à qui il a affaire, et lance les soldats à la poursuite du duo. Mais Vanitas a des ressources, et parvient à enrayer les pièges qu’on leur tend à l’aide du Grimoire. Pour autant, ce n’est pas les chasseurs que cherche l’Héritier de la Lune Bleue, mais bien le Dr Moreau… vers qui pointe les récentes disparitions de vampires. Le duo parviendra-t-il à trouver un terrain d’entente avec ceux qui les considèrent comme des meurtriers ?

Ce quatrième volet de la série reprend le fil de l’histoire alors que Vanitas et Noé sont dans les catacombes de l’Église, à la recherche du Dr Moreau. L’histoire démarre donc d’emblée, et voit les deux héros tenter de déjouer les pièges tendus par Roland tout en continuant leurs recherches. Le récit, une nouvelle fois assez intense, verra plusieurs rebondissements avant qu’une alliance inattendue se retrouve face à Moreau… et que la boucle ne se retrouve bouclée.

L’auteure profite du personnage de Moreau, vieille connaissance de Vanitas, pour revenir par bribes sur le passé de ce dernier. Ce que vont également permettre certains de ses échanges avec Noé, qui découvrira le passif que l’Héritier de la Lune Bleue entretient avec les vampires. Ces éléments sont astucieusement intégrés à l’ensemble, et ajoutent une nouvelle part de mystère, pavant la voie à une suite qui ne devrait pas manquer d’intérêt. Notons, enfin, que l’auteure continue de densifier sa galerie de personnages hommages à la littérature fantastique ou à l’Histoire. Après Jeanne d’Arc et Dominique de Sade, voilà que le Dr Moreau pointe le bout de son nez !

Côté graphique, la scénariste-dessinatrice offre moins d’occasions dans cet opus de montrer sa maîtrise de l’architecture parisienne. Huis clos oblige (et échauffourées), c’est davantage les combats qui sont à l’honneur cette fois. Mais Jun Mochizuki est également à l’aise avec ce type de scènes : les bagarres sont dynamiques et lisibles, montrant l’étendue des pouvoirs des différents protagonistes.

En ce qui concerne les vampires, peu de nouveautés à noter ici. On apprendra seulement que le Dr Moreau était à l’origine commandité par l’Église pour en apprendre davantage sur les vampires. Mais qu’il a rapidement eu envie de devenir l’un d’eux, et devenir immortel. Dans ses explications, Moreau précisera néanmoins que si un vampire est réduit en cendre quand on le tue, il est possible de prélever ses organes avant qu’ils ne disparaissent.

Un quatrième opus à la mesure des précédents, qui voit certaines trames séparées se rejoindre, et la menace se faire de plus en plus forte autour de Noé et Vanitas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *