Lee, Tanith. Ecrit avec du sang

Celui qui croit avoir tout lu sur les vampires ne connaît pas Tanith Lee. Il ne sait rien des demeures embuées d’ombres où se frôlent les mains des seigneurs et des familiers. Il n’a pas entendu le chant de deuil de Feroluce, lancé vers ses frères aux ailes noires, et ne sait pas le nom du prince qui viendra réveiller Blanche Neige.

Il n’a jamais effleuré l’épaule de la Machine qui Mord sur des planètes lointaines, ni erré dans les neiges étoilées de fleurs cruelles. Ni, peut-être, partagé un verre avec une actrice déchue, ou déchiffré à ce jour les secrets que savent les miroirs.

Il lui reste encore, en somme, à tout découvrir des Ténèbres. Il peut à présent le faire en tenant la main de la créatrice de la terrible famille Scarabae et des inoubliables Seigneurs de la Terre Plate. En suivant l’écrivaine au style le plus somptueux de sa génération, nouvelliste d’exception, couronnée maîtresse ès Fantasy par les plus grands. Le temps de dix textes rares, introuvables, se dévoilent ici les vampires de Tanith Lee, ou les vampires tout court… guides indispensables d’une éternelle nuit.

Un magnifique recueil de nouvelles qui démontre une nouvelle fois les excellents choix éditoriaux des défuntes éditions de l’Oxymore. Tanith Lee, surtout connue pour sa trilogie vampirique l’Opéra de sang, et son cycle SF des dits de la Terre-Plate, démontre ici de fort belle manière sa maîtrise du sujet vampirique. Au fil de 10 nouvelles, réparties en cycles Passé, Présent et Futur, l’auteure nous propulse dans ses interprétations protéiformes du mythe des suceurs de sang.

A la fois classique, avec « Rouge comme le sang » qui offre une interprétation plus qu’originale du conte de Blanche-Neige, antique, avec « Il Bacio » qui nous propulse au temps des Borgia, contemporain et ambiguë, comme « La vampiresse », voire complètement futuriste avec « La merveilleuse machine qui mord », Tanith Lee explore les différents sentiers du vampirisme, proposant des relecture de textes connus, interprétant à sa manière certaines caractéristiques vampiriques. L’auteure appose de manière efficace sa patte sur la thématique, et s’affirme comme une des grandes dames de la littérature fantastique.

Un recueil de nouvelles excellentes, qui démontre que Tanith Lee n’a pas fini de nous surprendre, et que son intérêt pour les vampires n’a d’égal que sa vision très personnelle de ceux-ci. Magistral.

Une réponse à Lee, Tanith. Ecrit avec du sang

  1. Ce recueil fait partie de mes livres préférés. Chaque nouvelle donne une vision originale du vampire tout en gardant sa beauté originelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *