Land, Dave – Fillbach, Matt – Fillbach, Shawn. Werewolves on the Moon: Versus Vampires

Trois loups-garous, Ted, Jeff et Stan débarquent sur la Lune avec l’espoir d’en devenir les maîtres incontestés. Ils découvrent rapidement que Maggie Pilgrim, la capitaine de la patrouille lunaire n’est pas de cet avis, pas plus que les légions de vampires qui attendent le moment opportun pour prendre le contrôle. Des vampires dont le chef semble posséder un intérêt appuyé pour ladite capitaine Pilgrim, et qui disposent de hordes de minions prêts à déferler sur la base lunaire.

Des loups-garous face à face avec des vampires sur la Lune, voilà un programme pour le moins endiablé (et délicieusement outrancier). Et ce ne sont pas les différentes péripéties qui émaillent l’intrigue, ses protagonistes et l’humour déjanté qui suinte de l’histoire qui risquent de jeter un voile de sérieux sur l’ensemble. Car les auteurs s’en donnent à cœur joie pour ne jamais faire retomber le soufflé, et force est d’avouer que si on dérive parfois vers la surenchère, la lecture n’en est pas moins sympathique.

Un comics qui franchit donc ostensiblement les portes de la série Z, avec ses créatures farfelues, son histoire abracadabrante (et les rebondissements qui ne le sont pas moins), entre SF, fantastique, polar mafieux et débordements en tous genres. Certaines influences s’avèrent un peu évidentes (le château roulant du lord vampire parodie sans nul doute le technodrôme de Krang, Némésis des Tortues Ninja), l’ensemble est assez cohérent dans son délire et n’intègre pas ou prou de temps morts.

Le dessin est assez particulier. Anguleux et pas toujours homogène, rehaussé par une couleur simple mais qui manque un peu de panache, il remplit malgré tout son office, et ne gène en rien la lecture, d’autant qu’il s’avère assez efficace dans les scènes d’actions. On est certes loin du comics mainstream où la colorisation informatisée à outrance a trop tendance à figer les choses, mais l’aspect graphique n’a donc pour autant rien d’inoubliable. A noter que le dessinateur a également oeuvré sur l’adaptation comics des Star Wars d’origine, et sur la série Clone Wars.

Les vampires de ce premier volet ont trouvé refuge sur la face cachée de la Lune, attendant le bon moment pour prendre le contrôle de la base humaine qui y a installé ses pénates. Pour éviter d’être surpris, ils ont mis sur pied un château-base sidérale qui ne cesse de se déplacer à la surface de la planète. Ils sont assez résistants et semblent rapidement cicatriser, mais peuvent être tués si on leur enfonce un pieu en plein cœur. Les plus puissants des vampires disposent en outre d’une forme de contrôle sur l’esprit de leurs infants.

Un premier opus qui ne se prend jamais au sérieux et propose au final une histoire qui pioche un peu dans tous les râteliers mais n’en reste pas moins assez savoureuse. A noter que les auteurs ont également travaillé sur une adaptation très typée manga des 3 premiers Star Wars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *